« Et maintenant ? » San Antonio Spurs Edition

Posté par Tinmar le 15 mai 2010

L’on parlera des Cleveland Cavaliers dans un prochain billet (en attendant, si vous voulez entendre tout et parfois n’importe quoi sur l’avenir de LeBron, il vous faudra attendre que je ponde le billet… ou allez sur ce site-, ou ou ou ou ….. et même !), on va pour l’instant se pencher sur l’avenir à court terme des San Antonio Spurs de notre frenchy adoré (un peu moins depuis qu’il a annoncé qu’il ne jouerait pas le Mondial en Turquie).

Pour les Spurs, l’avenir se définira autour de deux hommes, Duncan et Ginobili. Je m’appuie là sur des raisons contractuelles plus que tactiques : Duncan est sous contrat jusqu’en 2012 et Manu jusqu’en 2013… Que vont faire les dirigeants des Spurs pour donner à Duncan une dernière occasion de remporter un 5ème titre NBA ? Vont-ils retenter same thing en espérant que les blessures les épargnent ou au contraire, tout chambouler pour forcer le destin ? Peuvent-ils profiter de leurs choix de Draft pour choper un sleeper, à l’ancienne comme Tony Parker ou DJ Abdel (c’est pour rester dans l’univers du rap de qualité…) ?

ginobilialone.jpg

Petit rappel des faits : San Antonio a recruté durant l’été dernier deux joueurs qui devraient les aider à reconquérir le haut du tableau. Tout le monde s’accorde à dire que les acquisitions pour presque rien de Antonio McDyess et Richard Jefferson va remettre San Antonio dans le droit chemin après une cuisante défaite au premier tour face au Houston de Yao Ming. Mais voila, après quelques semaines de saison régulière, la question se pose à tous : Jefferson n’est-il pas une erreur de casting ? J’avais à l’époque rejeté la faute à un système de jeu qui n’était pas adapté au jeu de l’ancien pensionnaire des Nets : je n’avais certes pas tort, mais force est de constater que Jefferson n’a simplement pas réussi à se sortir les tripes pour s’imposer au sein d’un système pas super difficile à appréhender. N’oublions pas également la blessure de Parker et le manque d’un intérieur puissant pour épauler Duncan…

Les Spurs ont malgré tout fini 7ème de la conférence Ouest pour affronter les Mavericks en playoffs, que l’on considérait à l’époque comme prétendant sérieux au titre. Jefferson mais surtout George Hill ont réussi de grosses perfs pendant la série, amenant dans leur sillage Duncan & co. Le derby remporté, ils doivent maintenant en découdre avec les Suns (qui leur avaient plutôt bien réussi jusque-là). Et là, c’est le drame : George Hill, installé dans la first unit à la place de Parker, avait bouffé Kidd au tour précédent. En demi de conférence, c’est lui qui va se faire à son tour manger, bouffer, avaler par le jeu pratiqué par Steve Nash. En plus de cela, les Spurs n’arrivent pas à rentrer un shoot primé, et se font marcher dessus au rebond : au final, les Suns remportent la bataille du rebond (+29 sur la série) et la série sur un score sans appel de 4-0…

A la croisée des chemins, les Spurs se doivent de faire quelque chose cet été histoire de ne pas enchainer les mauvaises décisions sur plusieurs saisons : après l’erreur de casting Jefferson, pas question de continuer de la sorte. Et cela peut passer par le départ d’un des cadres de la team, Tony Parker… Mais avant d’évoquer le cas de notre premier love, discutons un peu des picks de San Antonio lors de la prochaine draft.

San Antonio va-t-il encore nous surprendre lors de la prochaine Draft ? 

En terminant la saison à 50 victoires pour 32 défaites, soit 61% de victoires (c’est la 13ème saison consécutive à plus de 60%…), San Antonio possède donc le 20ème choix de la prochaine Draft. Bien fournie en intérieur, cette Draft pourrait profiter aux Spurs, qui pourraient se laisser tenter par un pari un peu fou : recruter encore un français ! En effet, selon les différentes mock drafts, un certain Kevin Seraphin pourrait être choisi entre la 20ème place et la fin du premier tour. Evoluant à Cholet, le français a tapé dans l’oeil de quelques recruteurs, notamment grâce à de belles qualités offensives (c’est pas moi qui le dit, c’est DraftExpress). Certes encore un peu naïf (un soucis au niveau des fautes et des rebonds défensifs), il pourrait être un pari en sortie de banc derrière Duncan, McDyes et Blair, avec Bonner et Mahinmi. A voir néanmoins si Seraphin ne se destine pas à devenir justement un Mahinmi bis : ceci n’est pas une critique, mais le temps presse pour les Spurs et je ne suis pas sûr que Popovitch soit très patient ces prochains temps avec ses jeunes intérieurs.

Autre solution pour les Spurs : recruter un bon arrière/ailier qui pourrait servir de complément voire remplacer Richard Jefferson, qui malgré un salaire de l’ordre de 15M$, est attractif grâce à sa dernière année de contrat. Luke Babitt, de l’université de Nevada peut-être un bon choix, de même que Paul George de Fresno, Gordon Hayward de Butler (finaliste du dernier Final Four) et James Anderson de Oklahoma State. A moins que Xavier Henry ne tombe jusque-là, ce qui serait une sacrée déception pour lui, mais une aubaine pour une no-lottery team (au-delà de la 14ème place)… Mais au final, le plus grand apport que les Spurs peuvent espérer de la Draft ne provient pas de celle-ci, de draft…

Lire la suite… »

Publié dans Draft, Spurs | 4 Commentaires »

What time is it (GMT -8) ? It’s NBA Playoff Time !!

Posté par Tinmar le 17 avril 2010

Deuxième partie de la présentation du premier tour des playoffs, côté West cette fois-ci. Au programme de ce côté-ci des Etats-Unis : duel de stars, derby texan, rencontre d’estropiés et enfin, une série plus qu’équilibrée…

2010westplayoffs.jpg

lalakers.gifokc.jpg1 vs 8 : Los Angeles Lakers vs Oklahoma City Thunder

Petit événement : les Thunder vont connaître pour la première fois de leur jeune histoire les affres des Playoffs, et pas face à n’importe qui, puisque ce sont les champions en titre qui se dresseront sur leur chemin. Kevin Durant a donc l’occasion de montrer qu’il est déjà un très grand, tandis que la bande à Kobe devra être sérieux et appliqué face à une équipe qui n’a rien à perdre. C’est Ron Artest qui aura la lourde tâche de bloquer Durant, et c’est Sefolosha qui aura le même rôle face à Kobe. La bataille à l’intérieur peut aussi être primordiale : on sait que Nick Collison est l’un des meilleurs intérieurs défensifs de la ligue, mais avec Gasol, Bynum et Odom en face de lui, il aura grand besoin que Serge Ibaka, Nenad Krstic et surtout Jeff Green, le power qui est en train d’apprendre à être power, soient plus solides que jamais !

Mon pronostic : 4-1 pour les Lakers, à moins que la faille de San Andreas ne s’ouvre au point de ne plus pouvoir la traverser…

 

dallas.gifsanantonio.gif2 vs 7 : Dallas Mavericks vs San Antonio Spurs

L’an dernier, Dallas alors classé 6ème avait créé la demi-surprise en éliminant les Spurs, alors 3èmes de la conférence. Cette saison, les rôles sont inversés mais pas la tendance : Dallas est bien au-dessus de San Antonio, et ce malgré le retour en très grande forme de Manu Ginobili et le retour tout court de Tony Parker. Dallas s’est trop bien armé à la mi-saison avec les arrivées de Caron Butler, DeShawn Stevenson et Brendan Haywood pour perdre dès le premier tour. Malgré sa position de 5ème arrière de la rotation derrière Jason Kidd, Butler, JJ Barea et Stevenson, Rodrigue Beaubois aura son rôle à jouer, notamment en amenant un peu de vitesse et de folie face à une équipe des Spurs que l’on connaît très carré. De plus, le résultat de cette série influera directement l’équipe de France, puisque si les Spurs se font sortir tôt, il y a de fortes chances que Tony Pi participent au Championnat du Monde en Turquie, avec Beaubois justement…

Mon pronostic : 4-1 pour les Mavericks, à moins que Duncan se mette à rentrer des 3-points comme en 2008 face à Phoenix…

 

phoenix.jpgportland.gif3 vs 6 : Phoenix Suns vs Portland Trail Blazers

Voici deux équipes où un joueur important sera absent pour la série. D’un côté, c’est Brandon Roy : opéré du genou, il ne jouera pas un seul match, à moins que son équippe arrive à se faufiler en finales de conférence… De l’autre c’est le pivot Robin Lopez qui manquera à l’appel : le frère jumeau de Brook est devenu depuis le milieu de cette saison l’un des éléments qui compte dans l’effectif des Suns, toujours mené par l’inusable Steve Nash et porté par un Amar’e Stoudemire des plus grands jours. Marcus Camby, arrivé dans l’Oregon en février, aura fort à faire face au binoclard des Suns, qui voudra se montrer ultra-performant, histoire de prouver aux GM de Miami, Chicago ou New York qu’il est n’est pas que le second meilleur intérieur disponible cet été après Chris Bosh.

Mon pronostic : 4-1 pour les Suns, à moins que Clyde Drexler sorte de sa retraite…

 

denver.gifutah.gif4 vs 5 : Denver Nuggets vs Utah Jazz

La série la plus serrée de ces playoffs, à l’Est comme à l’Ouest : avant le dernier match de la saison, ces deux équipes pouvaient encore prétendre à finir 2ème de la coférence, ils finissent à  devoir se rencontrer au premier tour, avec une potentielle série face aux Lakers au tour suivant… On aura droit à un superbe duel de meneurs de jeu, avec Billups qui fera face à Deron Williams. Carmelo Anthony a cette chance de voir Andrei Kirilenko, l’un des meilleurs défenseurs de cette ligue, sur le flanc pour au moins 2 matchs. A l’intérieur, ce sont normalement les hommes de Jerry Sloan qui auront l’avantage, avec un excellent Boozer, un Okur retrouvé depuis quelques semaines et un Millsap au top dans son rôle de sixième homme à tout faire. Si Kenyon Martin ne retrouve pas rapidement ses sensations, c’est donc peut-être là, sous le cercle, que va se jouer cette série.

Mon pronostic : 4-2 pour les Jazz, à moins que Coby Karl, fils de George, ne soit une recrue intéressante et que Jerry Sloan n’est aucun plan pour le stopper…

Des séries qui s’annoncent plus que passionnantes. Comme chaque année, les NBA Playoffs vont nous offrir leur lot de surprises, reste à savoir qui va nous surprendre !

Publié dans Jazz, Lakers, Mavericks, Nuggets, Playoffs, Preview, Spurs, Suns, T'Blazers, Thunder | 1 Commentaire »

Les enjeux de cette fin de saison 2009/10 : les playoffs, John Wall et l’été 2010 en point de mire !

Posté par Tinmar le 1 mars 2010

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais la fin de saison approche à grands pas et l’heure des bilans va bientôt sonner. Pour MyNBA4U, on n’en est pas encore là : il reste en effet une vingtaine de rencontres pour chaque équipe que comporte cette magnifique Ligue qu’est la NBA, et il reste encore quelques petites choses à espérer pour certaines d’entre elles. En haut du classement on veut se positionner au mieux pour espérer l’avantage du terrain, un peu plus en bas on se tâte à « tanker » pour une meilleure chance à la prochaine Draft…

kobepaumelo.jpg lebrondunk.jpgAP

Tout en haut, vraiment tout en haut, on peut considérer que seules deux équipes sont en course pour être la meilleure équipe de la saison régulière 2009/10 : le Cleveland de LeBron James, et le Los Angeles de Kobe Bryant. A l’heure qu’il est, les deux équipes se suivent de très près (les Lakers n’étant qu’à un petit match des Cavaliers) et ont assez d’avance sur leurs concurrents (6 et 5,5 matchs respectivement sur Orlando et Denver) pour qu’on puisse les déclarer Top 1 de leur conférence. Pour ces deux équipes, les prochains enjeux seront donc d’essayer de gagner le plus de matchs (plus que l’équipe d’en face, cela va de soi) pour s’assurer la possession du terrain lors d’un éventuel Game 7, mais surtout de ne pas laisser trop de plumes lors des 22 matchs qu’ils leur restent (on pense notamment à Kobe, Bynum, Gasol, ou encore Mo Williams et le Shaq…). Mon verdict : Cleveland devant avec un bilan de 65 victoires pour 17 défaites, soit trois petites défaites lors des 22 prochaines et dernières rencontres de la saison régulière. Je vois bien les Lakers (qui se déplaceront 14 fois !) perdre 2 rencontres de plus, pour finir à 62 victoires et 20 défaites.

Juste en dessous, la bataille va faire rage de chaque côté des Etats-Unis pour savoir qui s’adjugera la seconde place de chaque conférence. Commençons par la conférence Est… howardoverposey.jpgIls sont trois à concourir, Orlando qui est deux matchs devant Atlanta qui n’a qu’un cheveu devant Boston. Si l’on regarde le calendrier de chacune de ces équipes, on voit que les Hawks sont désavantagés puisqu’ils se déplaceront 13 fois, dont 5 fois contre des équipes encore en course pour la 8ème place qualificative à l’Est, que Boston se déplacera 11 fois et n’accueillera pas plus de 4 équipes vraiment dangereuses, et que Orlando enfin n’aura « que » 7 gros matchs à sortir durant cette même période. Au niveau de la dynamique, je vois mal Boston tout fracasser pour revenir sur ses deux concurrents surtout si c’est pour fracasser ses propres joueurs, tandis qu’Orlando semble vraiment un cran au-dessus des Hawks. Mon verdict : Orlando restera devant Atlanta qui creusera le trou avec Boston. 58-24 pour Orlando, 53-29 pour Atlanta et 51-31 pour Boston.

Dans la conférence Ouest, les choses sont à peu près équivalentes : trois équipes pour une seconde place bien alléchantes, ce sont là Denver, Dallas et Utah, qui se tiennent en moins d’un match. Phoenix n’est qu’à deux pas de Utah, mais je vois mal la bande à Steve Nash tenir la route jusque-là. Denver est pour l’instant devant grâce à une régularité du tonnerre, mais les derniers transferts effectués par Dallas tendent à prouver qu’il faudra vraiment compter sur eux pour la bataille finale : une seconde place bien confortable leur irait très bien quand il faudra jouer un game 7 contre Denver ou Utah…

Car il faudra également compter sur Utah, qui voudra tenter quelque chose afin de compenser les dollars « perdus » du contrat de Boozer. Auteur d’une impressionnante remontée depuis début 2010, les Jazz semblent un peu s’essouffler tandis que leur calendrier ne leur semble pas non plus très favorable. Malgré cela, les Jazz restent avec Williams à la mène et un duo Boozer/Millsap fracassant sous les panneaux, une équipe à suivre, le véritable sleeper des prochains playoffs. Dallas et Denver au final sont désormais les deux seules vraies équipes à pouvoir jouer durablement dans la cour des Lakers. Mais Denver ayant encore deux road trips à faire, je vois Dallas prendre le dessus d’ici à mi-avril. Mon verdict : Dallas qui fera un dernier rush pour rattraper les Lakers pour finir à 60-22, Denver à 58-24 et Utah à 56-26.

Un peu plus bas, la bataille fait encore rage pour les dernières places qualificatives, à l’Est comme à l’Ouest. D’un côté,il y a 5 équipes pour 4 places, Toronto 5ème possédant une avance suffisante sur le 9è Miami (3 matchs d’avance) pour s’assurer une place parmi les huit. Le gros fight se fera donc entre Chicago, Milwaukee, Charlotte et Miami. Malheureusement pour ce dernier, malgré tout le talent de Wade je le vois mal aller en post-saison : ses concurrents se sont tous renforcés lors de la Tradeline, et sachant que la mayonnaise prend pour chacun (Warrick et Murray à Chicago, Salmons à Milwaukee et Ty. Thomas à Charlotte)…

wadecomplaint.jpgLes Bulls auront en plus à coeur de montrer aux futurs free agents qu’ils sont déjà une équipe compétitive. Milwaukee est pour moi l’équipe la moins armée, avec notamment un Brandon Jennings aux abois depuis quelques semaines, mais l’arrivée de John Salmons leur donne un nouvel élan offensif qui leur assure selon moi la dernière place qualificative à l’Est. Mon verdict : Toronto 5ème, Chicago 6ème, Charlotte 7ème et Milwaukee 8ème. Et à moins d’un coup de génie de Pat Riley (Bosh, Boozer ou Stoudemire dans cet ordre-là, ou un duo équilibré à la David Lee + Luke Ridnour), je ne vois plus aucune raison pour Dwyane Wade de rester à Miami après cet été, alors que Chicago possède en ses rangs des joueurs de qualité comme Rose, Noah ou Luol Deng…

 

Toujours sur cette même partie de tableau mais à l’Ouest, la messe est dite je pense concernant les 8 équipes qualifiése, New Orleans, Memphis et Houston étant encore un peu trop tendres pour espérer rattraper un retard de plus de 3 matchs. Reste désormais à savoir qui devra se taper Los Angeles au premier tour. Pour l’instant, Portland tient la corde pour jouer la bande à Kobe, mais avec le retour en forme de Brandon Roy et surtout l’arrivée de Marcus Camby, les Blazers peuvent encore faire un poutch et passer devant un San Antonio plus que vieillissant et un Oklahoma City Thunder plus que puceau, les trois équipes ne se tenant qu’à 2 petits matchs.

Et au vu des calendriers respectifs, on voit vite que les Spurs auront fort à faire avec 15 déplacements sur 25 possibles, notamment à Dallas, Denver, Boston, LA Lakers ou encore Cleveland, Orlando et Phoenix : trop pour des Spurs qui pour moi, se feront sortir par les Lakers au premier tour… Concernant OKC, le grand challenge sera d’essayer d’atteindre la barre des 50W (soit 15 victoires lors des 24 prochaines rencontres), et ainsi placer encore mieux Kevin Durant dans la course au MVP ! Mon verdict : OKC devant Portland devant San Antonio, qui je pense perdra Ginobili à la recherche qu’un dernier gros contrat aux côtés d’un grand espoir… OKC ou Sacramento, au hasard ?

Enfin, on termine par le tout en bas du tableau. Il est désormais acquis que les Nets termineront dernier de la ligue, et auront la plus grande probabilité lors de la prochaine draft dejohnwallshoot.jpg recevoir le premier pick, un pick nommé John Wall. Le dernier challenge pour les Nets sera d’essayer de remporter au moins 3 matchs lors des prochaines 23 rencontres pour ne pas devenir la plus faible équipe de l’histoire de la NBA (avec moins de 9 victoires sur 82 possibles, c’était Philadelphie en 1973)… Devant New Jersey, Minnesota peut encore espérer rattraper Golden State, à seulement 3 matchs d’eux… Mais en s’obstinant à démarrer sans Kevin Love, pourtant l’un des power les plus efficaces de cette ligue, Minnesota apparemment veut faire tourner et donner du temps de jeu à tous…

Pour l’antépénultième position, synonyme de 15,6% de chance d’obtenir le premier choix de Draft, des places sont encore « à prendre » : dans un contexte incertain où les équipes sont très faibles et peuvent avoir envie de balancer leur fin de saison, il est dur de jauger les équipes. Mais malgré cette incertitude, on peut considérer qu’il y a encore 7 équipes pour cette avant-avant-dernière place de cette ligue, qui aura donc plus de 15% d’obtenir le premier choix de la prochaine Draft : pour l’instant, Golden State est intercalé devant le grupetto et 3 matchs derrière un peloton principal formé de Sacramento, Indiana, New York, eux même à un match derrière Détroit et Washington.

Enfin, juste devant, « l’échappée » Philadelphie ne devrait pas minorer cette course, mais peut tout de même perdre quelques places si l’une des équipes derrière elles placent une attaque fulgurante, car s’il y a bien une équipe qui a besoin d’un meneur, c’est bien Phila ! Mon verdict : NJ finit bon dernier (25% de chance d’obtenir le premier choix de la prochaine draft), Minnesota (19,9%), Golden State (15,6%), Indiana (11,9%), New York pour Utah (8,8%), Détroit (6,3%), Philadelphie (4,3%), Washington (2,8%), Sacramento (1,7%)…

PS : merci Lucas pour les T’Wolves ! Je les avais zappés de mon esprit après qu’ils aient zappé Kevin Love de leur starting-five ! ;)

PS2 : merci Manous ! Deux bourdes dans un même billet, il est temps pour moi d’être encore plus vigilant !

Publié dans 76ers, Bobcats, Bucks, Bulls, Cavaliers, Celtics, Clippers, Draft, Grizzlies, Hawks, Heat, Hornets, Jazz, Kings, Knicks, Lakers, Magic, Mavericks, Nets, Nuggets, Pacers, Pistons, Playoffs, Preview, Raptors, Rockets, Spurs, Suns, T'Blazers, T'Wolves, Thunder, Warriors, Wizards | 1 Commentaire »

Non, ce n’est pas (seulement) Richard Jefferson qui loupe son début de saison…

Posté par Tinmar le 21 décembre 2009

San Antonio, c’est Tim Duncan, c’est 4 titres en 10 ans, c’est Gregg Popovitch, c’est le Texas, et enfin c’est déjà 10 défaites en moins de 25 matchs cette saison… On les attendait au top avec notamment un bon recrutement judicieux, avec les arrivées du vétéran Antonio McDyess, du rookie DaJuan Blair au second tour, et enfin du scoreur Richard Jefferson en provenance de Milwaukee. Ce dernier, auteur seulement de 13 petits points par soir, est la cible de toutes les critiques : pour les fans, il ne répond pas à leurs attentes, et dérègle la machine des Spurs. Si on regarde les chiffres de plus près et le jeu pratiqué par les Spurs, on remarque qu’en fait il n’est pas l’unique responsable de cette désorganisation, et qu’en fait ses performances négatives ne sont pas totalement illogiques et imprévisibles…

richardjeffersonspurs.jpgAP Photos

Oui, Richard Jefferson ne réussit pas sa saison : ça c’est clair et pas besoin d’être un grand manitou de l’information NBA pour le remarquer. Il n’y a qu’à regarder dans les réactions aux articles sur les Spurs pour voir que les fans des Spurs ne sont pas contents de l’apport de l’ancien Net et Buck. Moi-même quand j’ai regardé mon match annuel des Spurs (je n’en mate qu’un par an, ils m’ennuient tellement, et Mike Prada ne me contredit d’ailleurs pas), je me suis dit que Jefferson ne jouait pas comme au bon vieux temps, celui où il recevait des caviars de la part du maître Jason Kidd… Tiens tiens, n’y a-t-il pas quelque chose à tirer de cette dernière phrase ?

En effet, on connait désormais le jeu des Spurs : on a Tim Duncan qui fait des écrans pour laisser la place à Tony Parker et ses pénétrations, et au pire il y a Matt Bonner, Roger Mason et Manu Ginobili qui canardent à 3-points… Pas super glamour et pas non plus hyper-original il faut bien l’avouer. Et imaginez-vous que Richard Jefferson a été parachuté dans ce jeu que je ne vais pas qualifier de stéréotypé par respect pour cet énorme coach qu’est le Pop’, mais plutôt téléphoné : Richard Jefferson, historiquement, c’est des points marqués en contre-attaque, des shoots à mi-distance rentrés à la suite de rotations de balle bien huilées… Le soucis des Spurs est sûrement là : le décalage ne se fait que par le génie de Tim Duncan ou la rapidité de Tony Parker. Comme déjà écrit, je n’ai maté qu’un match des Spurs, mais j’extrapole je pense sans trop me risquer car cela fait des années maintenant que les Spurs jouent de la même manière. Ca fonctionnait avant, car Bowen shootait plutôt bien à 3-points et était hyper-agressif dans ses écrans : avec Jefferson qui au contraire de Bowen, sait se créer ses propres shoots mais qui s’extériorise beaucoup moins, ça marche tout de suite moins bien. Sur les stats simples, c’est d’ailleurs flagrant : dans ses années les plus efficientes (2002/3, 2003/4, 2005/6, et 2007/8, chacune chez les Nets), Jefferson shootait plus de 13 fois au panier, pour à peu près 15% de ceux-là qui étaient tentés derrière la ligne des 3-points ; désormais dans le Texas, c’est seulement 10 shoots, mais plus d’un quart tentés derrière la ligne à 7m23, soit 66% d’augmentation pour la part des shoots à 3-points dans la sélection de tirs de Richard Jefferson ! Pour simplifier, l’ancien pensionnaire de l’université de l’Arizona shoote moins, mais presque deux fois plus derrière la ligne des 3-points, ce qui est assez conséquent.

Lire la suite… »

Publié dans Les Frenchies, Spurs | Pas de Commentaire »

C’est parti pour la nouvelle saison NBA 2009-2010 !!!

Posté par Tinmar le 27 octobre 2009

Ca y est, on y est, la nouvelle saison NBA commence cette nuit, et je suis tout excité ! Les questions fusent, les derniers réglages vont être faits, et on s’attend tous à une saison de folie. Pourquoi ? C’est simple comme 5 paragraphes :

artestkobe.jpg AP Photo

5- car les Spurs ont (enfin) recruté : avec l’arrivée de Richard Jefferson, les Spurs ont enfin trouvé une nouvelle arme pour tuer les défenses adverses. Gino étant fait de chips, Duncan quelque peu vieillissant (en même temps, j’aimerai bien pouvoir jouer comme lui après 12 ans passés en NBA), et Tony Pi bien muselé par les défenses adverses, l’arrivée de Jefferon from Milwaukke offre une nouvelle possibilité à Coach Pop. Alors oui, les Spurs ont l’effectif pour se battre pour le titre suprême. Oui, les Spurs possèdent un quatuor capable d’être all-star l’an prochain. Oui, les Spurs peuvent légitimement être candidats au titre NBA. Et enfin oui, Tony Parker est encore avec Eva Longoria… La vie est triste, je sais !

4- car Gilbert Arenas fait son grand retour : deux ans, il a fallu deux ans pour Gilbert Arenas pour retrouver les parquets ! All-star incontestable, il est capable de claquer ses 30 points par soir si on lui demande… et ça tombe bien, on le lui demande ! Enfin presque, car les Wizards ont réuni autour de lui une belle équipe, capable de faire remonter Washington dans le top 8 de l’Est. Assez haut pour faire d’Obama un fan des Wizards, et non plus des Bulls ? Arenas donc, avec Caron Butler, Antawn Jamison (blessé pour 5 semaines..), Brendan Haywood, mais également les nouveaux Randy Foye et Mike Miller vont en tout cas essayer d’aller serrer la main du président Obama !

3- car les Clippers ont enfin un Pick 1 digne d’un Pick 1 : Blake Griffin est un monstre, et peut vraiment porter cette franchise vers le haut. Bien sur, il va être aidé par Baron Davis, qui veut se racheter de sa saison fort décevante l’an dernier, mais aussi par Marcus Camby et de Chris Kaman, duo d’intérieurs complémentaires, Al Thronton, qui veut abandonner sa place de dernier dans les classements de l’efficience, et enfin par Eric Gordon, arrière explosif capable de former avec Griffin un redoutable duo ! C’est coach Mike Dunleavy qui doit enfin être content de son effectif. Blake Griffin peut en outre devenir le premier Pick 1 de l’histoire des Clippers à gagner le titre de Rookie of the Year ! Michael Olowokandi a bien essayé, mais non… :)

2- car Ron Artest a rejoint l’armée de Kobe Bryant : les Lakers ont remporté l’an dernier le titre grâce bien sûr à Kobe Bryant, mais pas seulement. L’arrivée de Pau Gasol l’a bien aidé a reprendre son bien, perdu depuis 2002 et son duo avec un certain Shaq ; les apports « surprise » de Trevor Ariza et Shannon Brown furent également indéniable. Alors imaginez aujourd’hui avec Ron Artest en plus : l’un des meilleurs défenseurs de cette ligue rejoint l’un des meilleurs attaquants de cette même ligue ! Juste fou, et pourtant, Mitch Kupchak a réussi son tour de force de réunir ces deux joueurs-là. Avec Bynum en plus dans la raquette, et Adam Morrison sur le banc (non, je déconne), les Lakers sont clairement inarrêtables ! Beaucoup critiquent le fait que les Lakers jouent sans un excellent meneur, mais c’est sans savoir que même si Fisher ne garde pas beaucoup le ballon entre ses mains, il sait être le relai du coach sur le terrain… et rentrer des tirs assassins (Duncan ne dira pas le contraire…) ! Pour moi, ils sont au-dessus du lot, surtout si Artest arrive à rentrer ses trois-points comme l’an dernier (près de 40%, avec un peu moins de 6 tentatives par soir).

1- car Garnett est revenu, car les Celtics ont potentiellement un cinq majeur entier de All-Stars, et car on veut tous revoir un nouveau Celtics/Lakers en NBA Finals : Rondo + Allen + Pierce + Garnett + Wallace, et on obtient un cinq de départ qui ne ferait pas totalement tâche s’il jouait un All-Star Game ! Bien entendu, Wallace ne débutera pas, laissant la place de pivot titulaireau fat Kendrick Perkins et devenant du coup « captain » de la seconde ligne, mais Doc Rivers possède là un effectif digne de faire peur au Real Madrid du foot… Je me comprends ! Si Rondo arrive à encore passer un cap (oui, c’est possible même avec autant de monde autour), c’est-à-dire être encore plus féroce en défense tout en dirigeant encore plus efficacement les attaques, si Allen arrive à garder son shoot intact, si Garnett arrive à tenir le coup sur 100 matchs, si Wallace garde sa gnac et son shoot à mi-distance, et si Big Baby grandit enfin pour ne plus lâcher aucune larme, alors les Celtics sauront passer outre LeBron James et le Shaq, Dwight Howard et Vince Carter, pour affronter les Lakers de Kobe Bryant !

Publié dans Celtics, Clippers, Lakers, Preview, Spurs, Wizards | Pas de Commentaire »

12345
 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag