Mondial : les Français pensaient avoir la maîtrise…

Posté par Tinmar le 3 septembre 2010

Après un début de tournoi assez fabuleux avec trois belles victoires de rang, la France est retombée dans ses travers en perdant coup sur coup face à la Lituanie puis face à la Nouvelle-Zélande. D’une première place en point de mire, la France tombe au 4ème rang, pou affronter l’hôte Turc… Cette dernière défaite face aux Néo-Zélandais a juste été horrible, et c’est à se demander si la France n’a pas fait exprès de perdre pour éviter la Grèce qu’elle déteste jouer ! Au final elle se retrouve opposée à la Turquie, l’une des trois équipes à avoir réussi le perfect lors de ce premier tour avec la Lituanie et la Team USA. Retour sur les dernières performances des Bleus, et sur leurs (minces) chances face à la Turquie.

batumheadache.jpgReuters

Des prévisions plutôt pessimistes… 3 victoires en 3 matchs, et une première place qui s’offrait à eux… Pas tant que ça, OK, puisqu’il restait à battre la Lituanie, mais au moins la seconde place, une seconde place légitime si l’on se fie aux premiers matchs de ce Mondial. Car avant la compétition et au regard des test-matchs, la France ne semblait pas capable de battre qui que ce soit. Personnellement, je nous voyais nous battre pour la 4ème place, derrière l’Espagne, la Lituanie, le Canada (qui nous avait écrasé le 12 août dernier) et en lutte avec la Nouvelle-Zélande et le Liban. Au final, les Bleus se retrouvent à cette fameuse 4ème place, leur place, mais tout a changé depuis… Et c’est rageant !

Une entrée en matière plus qu’encourageante… Le match d’introduction face au tenant du titre espagnol devait être un tour de chauffe pour les hommes de Vincent Collet afin d’être fin prêts pour battre le Liban et le Canada en matchs 2 et 3. Que nenni, puisque la France a contre toute attente, déjoué tous les pronostics (la cote des espagnols était à 1.1, celle de la France à plus de 5 selon mes souvenirs) pour s’imposer ! Les matchs contre le Liban et le Canada n’ont été qu’une formalité ou presque, et alors se dit-on que la France peut peut-être faire quelque chose dans ce Mondial…

Pour éviter d’affronter la Turquie, la Russie et la Grèce en 8ème de finale, la France devait terminer 1er de sa poule. La Lituanie nous a alors montré ce qu’était la rigueur, le réalisme et le basket en général, et la France s’est alors mis à calculer afin d’éviter de jouer la Grèce au tour suivant, la Grèce cet épouvantail pour les Bleus…

Un calcul trop risqué… La Russie l’ayant emporté face à la Grèce, la France a donc semble-t-il jouer ce dernier match face à la Nouvelle-Zélande avec en tête de perdre pour finir 3ème du groupe D, et ce pour éviter de jouer les Hellènes. La France devait pour cela perdre de quelques points : à +24 avant le match et les Tall Blacks à +12, la France pouvait donc se permettre de perdre de 6 points. 40 minutes plus tard, la France perd de 12 points, et se retrouve au spot 4 de son groupe pour affronter l’hôte turc, meilleure défense de ce tournoi…

La France dans la m…… ? La Turquie est peut-être le pire adversaire qu’aurait pu affronter la France. A domicile, les Turcs vont être portés par un public plus que passionné, un public qui considère le sport comme une seconde religion. Et même sans ça, sur un plan plus statistique (vous savez que j’aime ça), la Turquie va être horrible à jouer : meilleure défense de ce tournoi donc, mais aussi meilleure shooteuse à 3-points avec plus de 10 shoots rentrés par soir à 41% quand la France n’en rentre que 6 à moins de 35%…

La Turquie est également la seconde au classement des contreurs et des intercepteurs, avec notamment ce petit vicieux de Sinan Guler en tête du classement individuel des chippeurs de balle. On n’oublie pas, bien sûr, sa belle seconde place aux rebonds, avec plus de 40 prises par soir, soit 8 de plus que la France… La France est d’ailleurs à l’avant-dernière place de ce classement de preneurs de rebonds, juste devant le Liban et derrière le Canada, deux équipes qu’elle a battues lors de ces matchs de poule : et si nous nous étions un peu enflammés après ces 3 premiers matchs ?

teamfrancebasket.jpg  AFP

La France nous a montré un superbe visage lors des 3 premiers matchs. Pour autant, difficile de dire que la France s’est vu trop belle, tant elle connaît ses qualités et surtout ses défauts. C’est une équipe encore jeune, encline à sauter rapidement moralement. Avec le seul Boris Diaw comme leader, Flo Piétrus blessé et Parker aux States en train de « taffer comme jamais », Vincent Collet n’a pas à sa disposition les lieutenants espérés pour mener sa jeune troupe vers le haut.

J’ai l’air pessimiste comme ça, mais attention, je ne dis pas que la France a déjà perdu son match face à la Turquie. C’est juste qu’elle va avoir beaucoup de mal à garder la tête froide dans une salle qui va être chaude bouillante…

Publié dans Les Frenchies | 5 Commentaires »

Nicolas Batum, le vrai lieutenant de Brandon Roy ?

Posté par Tinmar le 19 avril 2010

19 victoires pour 6 défaites : voici le bilan plus que positif de Portland depuis que Batum a réintégré son cinq de départ, en comptant la récente victoire acquise au dépens des Suns. Si on extrapole sur 82 matchs, ça donne un total de 62 victoires pour 20 défaites qui les placerait au top de la Ligue, les Cavs ayant terminé l’exercice 2009/10 avec « seulement » 61 victoires. Quand on vous dit que les Blazers sont une équipe à prendre au sérieux (surtout avec son effectif au complet), ce n’est pas pour rien. Et à regarder les stats plus approfondies de cette équipe, il semble qu’un certain français tire son épingle du jeu, et pas qu’un peu…

blazersunit.jpg Joe Murphy/NBAE via Getty Images

J’ai remarqué que depuis octobre 2008 et le lancement de ce blog NBA, je n’avais écrit qu’un seul billet concernant Nicolas Batum, pourtant l’un des français qui marchent le mieux en NBA avec Tony P. et Joakim N. Comme Mickael Piétrus avant lui, Nicolas Batum s’est imposé comme le gars chiant-qui-vous-colle-aux-basques-avant-même-que-d’avoir-la-balle-en-main (et encore plus quand vous l’avez). Ce genre de joueur, qui ne demande que ça de se coltiner le meilleur joueur adverse, capable de vous flinguer 8 trois-points de derrière les fagots pour faire basculer un match, toutes les équipes en veulent un. Le soucis, c’est qu’ils ne sont pas légions dans la Ligue : vite fait, on nommera en vrac Ron Artest, Shane Battier, Tayshaun Prince, Thabo Sefolosha, DeShawn Stevenson, Luc Mbah a Moute, Dahntay Jones, Aaron Afflalo, et donc Nicolas Batum (pour plus d’infos à leurs sujets, Lucas de True NBA a bien décrit ce travail de l’ombre).

Mais attention, réduire Nicolas Batum à un simple défenseur, c’est comme résumer Christina Hendricks à sa simple poitrine : oui, Batum est un défenseur naturellement extraordinaire, oui, Hendricks possède une poitrine extraordinairement naturelle… Mais non, comme la sulfureuse rousse de Mad Men possède un vrai jeu d’actrice, le français possède un superbe shoot, qui peut vous faire très mal (mais peut-être moins qu’un regard en coin de la miss Hendricks, toujours elle) ! Car statistiquement, Nicolas Batum, c’est certes 10 points et 4 rebonds par soir et plus de 50% aux shoots, c’est surtout la moitié de ses shoots pris derrière la ligne à 3-points à 41% de réussite, et le joueur qui se prend le plus de « charge » par soir parmi les swingmen, juste derrière Manu Ginobili. On connait la propension des européens à « flopper » : autant ça peut être le cas pour des gars comme Manu, Anderson Varejao (qui ne sont pas européens soit dit en passant), Ersan Ilyasova ou Marc Gasol (eux le sont), autant pour Batum ce n’est pas d’actualité.

Selon HoopData, Nicolas Batum est donc le second arrière-ailier au niveau du nombre de fautes offensives subies (0,70 charge par soir). Ce chiffre permet au français de faire partie du top ten pour ce qui est du Total Défensif (contres+interceptions+charges subies) : avec un total de 2,83 par tranche de 40 minutes, sans trop contrer ni trop intercepter, Batum se permet le luxe de devancer à ce petit jeu un certain… LeBron James, pourtant connus pour ses contres spectaculaires. Un impact défensif certain de la part du français, qui permet donc à son équipe, chaque soir ou presque, de récupérer la possession en provoquant une faute offensive de la part de son adversaire directe. Mais les statistiques les plus intéressantes que l’on peut trouver sur HoopData ne sont pas être pas là…

Lire la suite… »

Publié dans Les Frenchies, Statistiques, T'Blazers | 4 Commentaires »

Jusqu’où Dallas peut-il pousser sa série de victoires ?

Posté par Tinmar le 7 mars 2010

11 victoires de suite… Pourtant, la série débutée le 17 février dernier, 3 jours après le All-Star-Game et au lendemain d’une défaite à Oklahoma City, n’était pas des plus faciles à prévoir avec notamment un calendrier pas super favorable, avec 2 déplacements périlleux à Orlando et Atlanta, et des affiches face à Miami ou aux Lakers. D’autres problématiques ont aussi fait leur apparition : des nouveaux joueurs à intégrer dans la rotation ? Pas de soucis, on leur demande pas plus qu’avant, de jouer comme dans d’habitude… Le pivot remplaçant blessé jusqu’à on-ne-sait-pas-quand ? Pas de soucis, on a un mexicain qui peut dépanner… Le 6ème homme absent pour 2 semaines ? Pas de soucis, on a un petit frenchy qui ne demande que ça, jouer… Vous l’aurez compris, Dallas a tout surmonté pour donc enchaîner son 11ème match sans défaite, série en cours… mais jusqu’à quand ?

butlerbeauboishighfive.jpg AP Photos

Un calendrier plutôt favorable : avec juste un petit déplacement dans le Minnesota pour jouer une équipe qui retrouvera son power Al Jefferson, de retour de suspension pour s’être fait griller en état d’ébriété dans sa voiture, je pense que la 12ème victoire de rang est acquise ou presque… Ensuite, ça sera 4 matchs à domicile : la réception des Nets et des Knicks à trois jours d’intervalles ne sera normalement qu’une formalité. Ensuite ce sont les Bulls (encore), puis les Celtics qui viendront affronter les Mavericks dans leur antre de l’American Airlines Center. Si les Mavs gagnent déjà cet matchs-là (Chicago n’aura pas récupéré Noah, Dallas aura récupéré Terry, et Boston ne leur est plus supérieur), ils en seront à 16 victoires de suite…

Puis Dallas aura à négocier un redoutable « back-to-back » (deux matchs en deux nuits) à la Nouvelle Orléans puis à domicile contre les Clippers, mais n’aura par la suite pas non plus de « très gros » adversaires : deux déplacements à Portland puis en Californie pour affronter les Warriors, puis ça sera à la maison face à Denver et enfin un petit tour à Memphis……… Denver ???

 

Lire la suite… »

Publié dans Les Frenchies, Mavericks, Preview | 1 Commentaire »

Tony Parker et Eva Longoria se la jouent comme Travolta et Newton-John pour un remake de Grease !

Posté par Tinmar le 25 décembre 2009

C’est Noël, et Tony Parker a décidé de nous offrir un clip très drôle, où il se travestit pour communiquer autour de son jeu-concours : pour gagner, vous devez envoyer une vidéo où vous aussi vous devez parodier la fameuse chanson tirée de Grease « Summer Night » (« Tell me more, telle me more, was it love at first sight? »)… Vous l’aurez compris, Tony Parker et Eva Longoria ont grave joué le jeu, et le résultat, excellent notamment grâce à la présence des autres joueurs des Spurs, est visible en cliquant sur la capture qui suit.

tonyparkerevalongoriagrease.jpg

Et enfin, je vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année !

Publié dans Les Frenchies, Marketing, On s'en fout | Pas de Commentaire »

Non, ce n’est pas (seulement) Richard Jefferson qui loupe son début de saison…

Posté par Tinmar le 21 décembre 2009

San Antonio, c’est Tim Duncan, c’est 4 titres en 10 ans, c’est Gregg Popovitch, c’est le Texas, et enfin c’est déjà 10 défaites en moins de 25 matchs cette saison… On les attendait au top avec notamment un bon recrutement judicieux, avec les arrivées du vétéran Antonio McDyess, du rookie DaJuan Blair au second tour, et enfin du scoreur Richard Jefferson en provenance de Milwaukee. Ce dernier, auteur seulement de 13 petits points par soir, est la cible de toutes les critiques : pour les fans, il ne répond pas à leurs attentes, et dérègle la machine des Spurs. Si on regarde les chiffres de plus près et le jeu pratiqué par les Spurs, on remarque qu’en fait il n’est pas l’unique responsable de cette désorganisation, et qu’en fait ses performances négatives ne sont pas totalement illogiques et imprévisibles…

richardjeffersonspurs.jpgAP Photos

Oui, Richard Jefferson ne réussit pas sa saison : ça c’est clair et pas besoin d’être un grand manitou de l’information NBA pour le remarquer. Il n’y a qu’à regarder dans les réactions aux articles sur les Spurs pour voir que les fans des Spurs ne sont pas contents de l’apport de l’ancien Net et Buck. Moi-même quand j’ai regardé mon match annuel des Spurs (je n’en mate qu’un par an, ils m’ennuient tellement, et Mike Prada ne me contredit d’ailleurs pas), je me suis dit que Jefferson ne jouait pas comme au bon vieux temps, celui où il recevait des caviars de la part du maître Jason Kidd… Tiens tiens, n’y a-t-il pas quelque chose à tirer de cette dernière phrase ?

En effet, on connait désormais le jeu des Spurs : on a Tim Duncan qui fait des écrans pour laisser la place à Tony Parker et ses pénétrations, et au pire il y a Matt Bonner, Roger Mason et Manu Ginobili qui canardent à 3-points… Pas super glamour et pas non plus hyper-original il faut bien l’avouer. Et imaginez-vous que Richard Jefferson a été parachuté dans ce jeu que je ne vais pas qualifier de stéréotypé par respect pour cet énorme coach qu’est le Pop’, mais plutôt téléphoné : Richard Jefferson, historiquement, c’est des points marqués en contre-attaque, des shoots à mi-distance rentrés à la suite de rotations de balle bien huilées… Le soucis des Spurs est sûrement là : le décalage ne se fait que par le génie de Tim Duncan ou la rapidité de Tony Parker. Comme déjà écrit, je n’ai maté qu’un match des Spurs, mais j’extrapole je pense sans trop me risquer car cela fait des années maintenant que les Spurs jouent de la même manière. Ca fonctionnait avant, car Bowen shootait plutôt bien à 3-points et était hyper-agressif dans ses écrans : avec Jefferson qui au contraire de Bowen, sait se créer ses propres shoots mais qui s’extériorise beaucoup moins, ça marche tout de suite moins bien. Sur les stats simples, c’est d’ailleurs flagrant : dans ses années les plus efficientes (2002/3, 2003/4, 2005/6, et 2007/8, chacune chez les Nets), Jefferson shootait plus de 13 fois au panier, pour à peu près 15% de ceux-là qui étaient tentés derrière la ligne des 3-points ; désormais dans le Texas, c’est seulement 10 shoots, mais plus d’un quart tentés derrière la ligne à 7m23, soit 66% d’augmentation pour la part des shoots à 3-points dans la sélection de tirs de Richard Jefferson ! Pour simplifier, l’ancien pensionnaire de l’université de l’Arizona shoote moins, mais presque deux fois plus derrière la ligne des 3-points, ce qui est assez conséquent.

Lire la suite… »

Publié dans Les Frenchies, Spurs | Pas de Commentaire »

12345
 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag