Draft 2010 : un mois plus tard, l’heure du premier bilan, pick 1 à 9…

Posté par Tinmar le 19 juillet 2010

Oui, je sais, je n’ai plus écrit ici depuis 5 ou 6 semaines… Mais voila, c’est fini tout ça puisque voici, avec un petit mois de retard, le bilan de la Draft NBA 2010 ! Bien entendu, je ferai un retour sur la victoire des Lakers en NBA Finals un peu plus tard, de même qu’une très grosse saga va être entamée concernant les mouvements de cet été (et il y en a eu, n’est-ce pas M. James ?). Mais pour l’instant, revenons en quelques lignes sur ce qu’il s’est passé dans la nuit du 24 au 25 juin dernier du côté du Madison Square Garden : les choix des GM sont-ils, un mois plus tard, toujours aussi logiques ?

nbadraftgeneration2010.jpg Al Bello/Getty Images

1 – Washington choisit John Wall : un choix logique et attendu. La seule interrogation qui subsistait concernait le futur de Gilbert Arenas : il semblerait que tout le monde soit plus ou moins d’accord pour tester Arenas et Wall dans la même unit… au moins jusqu’à la prochaine fenêtre de transferts ! En effet, avec l’arrivée de Kirk Hinrich (+ Kevin Sérephin, cocorico !!!) from Chicago contre un BN et 3 chips, Washington semble avoir réalisé une des grosses affaires de ce mercato estival, sachant que Chicago de son côté n’a rien fait de cet espace créé sous son salary cap. Avec en plus les prometteurs McGee, Blatche et même Yi Jianlian sous les panneaux, les Wizards ont les capacités de gêner pas mal d’équipes dès cette saison.

2 – Philadelphie choisit Evan Turner : là encore, c’était un choix attendu. Et là encore, il restait une petite interrogation concernant le choix éventuel d’un intérieur dit « du futur » avec Derrick Favors et DeMarcus Cousins, mais Evan Turner semblant vraiment promis à un très bel avenir en NBA, il était dur pour les Sixers de passer à côté d’un tel phénomène. Si Jrue Holiday arrive à trouver le bon tempo avec Turner et Iguodala à ses côtés, et si Elton Brand arrive à jouer un basket à un niveau respectable (de l’ordre de 11 points 8 rebonds par soir) en compagnie de Spencer Hawes, alors Philadelphie peut espérer lui aussi gêner quelques équipes à l’Est.

3 – New Jersey choisit Derrick Favors : Evan Turner sélectionné juste avant, les Nets se devaient donc de choisir l’intérieur de Georgia Tech Derrick Favors. Encore un peu brut pour la NBA, il possède néanmoins des qualités athlétiques indéniables, et par sa puissance il devrait dès sa saison rookie déranger quelques joueurs sous le cercle. Avec Brook Lopez à ses côtés et avec le départ de Yi vers Washington, ces deux-là sont le ciment autour duquel les Nets bâtiront leur futur. Il suffit que Devin Harris retrouve son niveau All-star d’il y a un an et demi, qu’Anthony Morrow rentre comme à son habitude 50 de ses shoots de loin, que Travis Outlaw confirme qu’il vaut bien 15 à 17 points par soir, et que Jordan Farmar et Johan Petro se révèlent des bonnes recrues, alors les Nets peuvent espérer jusqu’à tripler leur total de victoires de l’an passé (pour rappel, les Nets avaient terminé bons derniers de la Ligue, avec seulement 12 victoires sur 82 possibles…).

4 – Minnesota choisit Wesley Johnson : aaaaah, sacré David Kahn ! Donnez-lui un mercato long de 6 semaines, et pouf, il te casse ton effectif en entier ! OK, il fallait faire quelque chose après une saison à la limite de la catastrophe (15 victoires sur 82…), mais tout de même, virer tous les jeunes pour ne garder comme vétéran que le grand et superbe Darko Milicic, c’est gonflé !

Lire la suite… »

Publié dans 76ers, Clippers, Draft, Jazz, Kings, Nets, Pistons, T'Wolves, Warriors, Wizards | Pas de Commentaire »

« Et maintenant ? » Utah Jazz Edition

Posté par Tinmar le 13 mai 2010

Alors que se joue ce soir le match de l’année (Cleveland à Boston pour le game 6 de la demi-finale les opposant), penchons-nous plus en détail sur l’élimination ou plutôt la déroute des Utah Jazz face aux Los Angeles Lakers. Ou plutôt, jetons un œil au futur été que va vivre la franchise implantée à Salt Lake City, avec au programme et presque dans l’ordre : la Draft, la free agency et la préparation pour la saison qui arrive. En gros, pas mal de boulot pour les dirigeants des Jazz, qui veulent dans un futur très proche monter d’un cran dans la hiérarchie des prétendants au titre suprême.

teamjazz.jpg

Petit rappel des faits : Utah était à la fin de la saison régulière en course pour la seconde place de la conférence Ouest, grâce notamment à un début d’année civile très réussi. Finalement, c’est à la 5ème place (la plus mauvaise parmi les meilleures, ou peut-être que non, sachant qu’on rencontre l’adversaire le moins difficile pour soi au premier tour……) que se termine la saison pour l’équipe chère à Karl Malone et John Stockton, perdant du coup l’avantage du terrain pour toute la durée des playoffs. Au premier tour, les Jazz auront fort à faire face à Denver. Sans Kirilenko, blessé depuis 2 mois et qui n’a pas prévu de revenir avant un hypothétique second tour, les Jazz verront la poisse s’accumuler devant eux puisque son pivot titulaire, le turc Okur, se descend un tendon dès le Game 1 de la série. Le verdict est lourd : 5 à 8 mois d’indisponibilité…

Bref, on se dit que les Jazz vont mourir face aux Nuggets d’un Carmelo Anthony sans réel défenseur sur lui… mais c’est sans compter sur Deron Williams qui a profité de cette série pour révéler au monde entier qu’il était bien le meilleur à son poste. 6 matchs plus tard et le droit de passage au tour suivant, les Jazz doivent affronter les Lakers, comme lors des deux saisons précédentes. Et comme lors des deux saisons précédentes, les Jazz ont plié face aux Lakers : 4-2 en demi de conférence en 2007, 4-1 l’an dernier au premier tour, et… 4-0 il y a quelques jours encore en demi-finale de conférence. « Ca fait mal ça fait mal » comme dirait La Fouine, et c’est donc vers une inter-saison très chargée que se dirigent les dirigeants des Jazz, avec Jerry Sloan en tête d’affiche.

Le cas Carlos Boozer : l’ancien Cavalier est l’un des meilleurs powers de la ligue. Pas le meilleur, mais certainement dans le top 5, derrière Bosh, Duncan, Nowitzki et Stoudemire. Cet été, et comme 3 des gars susnommés, il peut choisir de changer d’équipe s’il en a envie. La question est là : en a-t-il envie ? Si oui, pour aller où ? Lui-même ne le sait pas trop, préférant ne pas se mouiller pour l’instant : « J’aimerai continuer ici. Mais on parlera de tout ça dans quelques jours ». Car Boozer est comme un peu tout le monde sur cette Terre, il veut du pognon cet été (il l’a prouvé en 2004 en mettant une belle carotte à Cleveland pour rejoindre Jerry Sloan), et du pognon, Utah aimerait ne pas trop en dépenser… Bosh signera un max contract et Stoudemire n’en sera pas loin : quid de Carlos Boozer ? Son second tour pas raté mais presque face aux Lakers ont mis à jour ses lacunes défensives, et de même au niveau du leadership. Des équipes comme Miami ou Chicago voudront-elles miser 12 à 14M$/an sur un joueur qui possède un passé à l’infirmerie assez rempli, un joueur qui ne peut pas réellement prendre le jeu à son compte ? On sait qu’à Utah avec sa Bird Exception, il peut espérer plus et plus longtemps. Mais combien sont prêts à mettre les Jazz sur la table pour le prolonger, sachant qu’ils ont en Paul Millsap son successeur tout désigné ?

Autant de questions qui trouveront quelques éléments de réponse quand on en saura plus sur la prochaine Draft…

La Draft 2010 : vous vous demandez peut-être comment les Jazz peuvent prendre en compte la prochaine Draft alors qu’ils ont fini 6ème de la NBA 2009/10 ? Par contre, si vous vous demandez ce qu’est la Draft, je ne peux malheureusement pas faire grand-chose pour vous, si ce n’est vous diriger vers cette page ou encore celle-ci, en anglais… Alors donc, oui, les Jazz : que peuvent-ils attendre de la prochaine Draft ?

Lire la suite… »

Publié dans Draft, Jazz | Pas de Commentaire »

Lakers 3, Jazz 0 : Utah allume ses mèches mais ça n’est pas suffisant…

Posté par Tinmar le 9 mai 2010

Quel match mes amis, quel match ! Je viens de me réveiller (il est 14h) après une nuit de folie (non, ce n’est pas ce que vous croyez…) à regarder un duel sublime entre deux équipes qui n’ont rien lâché ! Ce match, ce n’était pas Orlando qui a atomisé Atlanta pour la troisième fois en autant de match, mais bien Utah qui accueillait le Los Angeles de Kobe Bryant dans son antre du Energy Solution  Arena. On connait le résultat, on a pu lire à droite et à gauche le résumé de ce 4ème quart de folie, mais penchons nous plus  amplement sur le match plus généralement, sur ce qui me fait dire que les Jazz méritent mieux qu’un vulgaire et cruel sweep…

lakerswinoverjazz.jpg Noah Graham/NBAE via Getty Images

(Avertissement : si ce billet manque quelque fois d’objectivité, ne vous inquiétez pas c’est normal…)

111 à 110 : un seul point, et ce sont les Lakers qui filent tout droit vers leur 3ème finale de conférence d’affilée. Et pourtant, les Jazz se sont battus comme des beaux diables, je peux vous l’assurer, je l’ai vécu en direct en tant que fan des Jazz : un match de folie avec 22 changements de leadership, 23/51 from three (ça change du 12/50 lors de la demi-final du Final Four opposant Barcelone au CSKA…), 48% de réussite au total : ça n’a pas suffit… Car en face, il y avait :

- ce diable de Kobe : 35 points dont 7 dans le dernier quart, avec notamment un 3-points dans la dernière minute et deux lancers rentrés à 7 secondes du terme…

- ce traître de Derek Fisher : 3-7 from three, dont un à moins de 30 secondes de la fin du match, donnant l’avantage aux Lakers…

- ce Ron Artest aka « d’où il se réveille aujourd’hui lui ? « : depuis le début des playoffs, il n’avait rentré que 16% de ses shoots à 3-points (soit 7 sur 342)…  Hier, il en a mis 3 sur les 7 qu’il a tentés, soit 43% de réussite… Pourquoi bon Dieu fallait-il qu’il les rentre justement hier ?

- et enfin, il y avait ce monstre de Pau Gasol : pour moi, il a été le grand monsieur d’hier ! Certes il n’a pas mis de points dans le dernier quart-temps, certes il n’en a mis que 14 pendant tout le match, mais quelle présence sous les panneaux : il a juste été ignoble avec les « petits » intérieurs des Jazz ! J’ai bien regardé hier, ses bras mesurent exactement 2m14, avec des doigts de plus de 56 cm : 17 rebonds c’est beau, mais sachons que parmi ceux-là, 7 ont été pris sous le panneau adverse, et c’est sans compter sur les petites touchettes vers ses potes, dont une en direction de Lamar Odom à moins de 3 minutes du buzzer. A la suite de celle-ci, les Lakers sont passés de -4 à +1, en à peine 45 secondes de jeu… Rajoutons le contre sur Boozer sur à 9 secondes du buzzer, et vous avez là le MVP d’hier selon moi !

A noter aussi que Andrew Bynum est passé totalement à côté de son match : 0 points en 20 minutes, avec aucun pivot de métier en face (si ce n’est Kyrylo Fesenko…) : d’ailleurs son seul shoot a été contré par l’ukrainien… Odom s’est quant à lui réveillé dans le dernier, rentrant un shoot primé d’on ne sait où, puis 2 lancers… Oui, ceux-là même qui sont arrivés à la suite de la touchette de Gasol vers Odom !

Je parle des Lakers, mais les Jazz ont offert hier plus qu’une forte résistance : mieux, ils ont mené ce match de bout en bout… ou presque, puisque les Lakers l’ont au final emporté. Trois joueurs se sont fait remarquer hier du côté des mormons :

- d’abord, Deron Williams : ce petit homme (parmi d’autres plus grands) est un monstre physique ET technique ! Côté stats, il a fait le boulot, avec 28 points 9 passes (et 4 pertes de balles…) ; côté show, il n’a pas déçu non plus : je n’ai pas compté le nombre de reverse, passes aveugle, feintes de passes et autres passements de jambes, mais je sais juste qu’Hatem Ben Arfa devrait regarder Deron sur le terrain afin de prendre quelques cours d’efficacité spectaculaire ! Rapide, puissant, adroit, il ne lui a manqué hier que quelques centimètres vers la droite afin de rentrer son panier de la dernière seconde. A noter que sur cette action, son cross-over met Kobe dans le vent (qui a perdu son slip, comme j’aime à le dire)… mais au contraire de Kobe, il n’a pas rentré le shoot salvateur, et ce sont les Lakers qui mène par 3 victoires à aucune…

kirilenkomeche.jpg korverperfectnight.jpgNoah Graham & Andrew D. Bernstein/NBAE via Getty Images

- les deux mèches que sont Andreï Kirilenko et Kyle Korver : ces deux-là ont une coupe de cheveux du feu de Dieu, mais ça ne les a pas empêché hier soir d’être les deux gars qui ont mis le feu aux poudres.

Lire la suite… »

Publié dans Jazz, Lakers, Playoffs | 1 Commentaire »

What time is it (GMT -8) ? It’s NBA Playoff Time !!

Posté par Tinmar le 17 avril 2010

Deuxième partie de la présentation du premier tour des playoffs, côté West cette fois-ci. Au programme de ce côté-ci des Etats-Unis : duel de stars, derby texan, rencontre d’estropiés et enfin, une série plus qu’équilibrée…

2010westplayoffs.jpg

lalakers.gifokc.jpg1 vs 8 : Los Angeles Lakers vs Oklahoma City Thunder

Petit événement : les Thunder vont connaître pour la première fois de leur jeune histoire les affres des Playoffs, et pas face à n’importe qui, puisque ce sont les champions en titre qui se dresseront sur leur chemin. Kevin Durant a donc l’occasion de montrer qu’il est déjà un très grand, tandis que la bande à Kobe devra être sérieux et appliqué face à une équipe qui n’a rien à perdre. C’est Ron Artest qui aura la lourde tâche de bloquer Durant, et c’est Sefolosha qui aura le même rôle face à Kobe. La bataille à l’intérieur peut aussi être primordiale : on sait que Nick Collison est l’un des meilleurs intérieurs défensifs de la ligue, mais avec Gasol, Bynum et Odom en face de lui, il aura grand besoin que Serge Ibaka, Nenad Krstic et surtout Jeff Green, le power qui est en train d’apprendre à être power, soient plus solides que jamais !

Mon pronostic : 4-1 pour les Lakers, à moins que la faille de San Andreas ne s’ouvre au point de ne plus pouvoir la traverser…

 

dallas.gifsanantonio.gif2 vs 7 : Dallas Mavericks vs San Antonio Spurs

L’an dernier, Dallas alors classé 6ème avait créé la demi-surprise en éliminant les Spurs, alors 3èmes de la conférence. Cette saison, les rôles sont inversés mais pas la tendance : Dallas est bien au-dessus de San Antonio, et ce malgré le retour en très grande forme de Manu Ginobili et le retour tout court de Tony Parker. Dallas s’est trop bien armé à la mi-saison avec les arrivées de Caron Butler, DeShawn Stevenson et Brendan Haywood pour perdre dès le premier tour. Malgré sa position de 5ème arrière de la rotation derrière Jason Kidd, Butler, JJ Barea et Stevenson, Rodrigue Beaubois aura son rôle à jouer, notamment en amenant un peu de vitesse et de folie face à une équipe des Spurs que l’on connaît très carré. De plus, le résultat de cette série influera directement l’équipe de France, puisque si les Spurs se font sortir tôt, il y a de fortes chances que Tony Pi participent au Championnat du Monde en Turquie, avec Beaubois justement…

Mon pronostic : 4-1 pour les Mavericks, à moins que Duncan se mette à rentrer des 3-points comme en 2008 face à Phoenix…

 

phoenix.jpgportland.gif3 vs 6 : Phoenix Suns vs Portland Trail Blazers

Voici deux équipes où un joueur important sera absent pour la série. D’un côté, c’est Brandon Roy : opéré du genou, il ne jouera pas un seul match, à moins que son équippe arrive à se faufiler en finales de conférence… De l’autre c’est le pivot Robin Lopez qui manquera à l’appel : le frère jumeau de Brook est devenu depuis le milieu de cette saison l’un des éléments qui compte dans l’effectif des Suns, toujours mené par l’inusable Steve Nash et porté par un Amar’e Stoudemire des plus grands jours. Marcus Camby, arrivé dans l’Oregon en février, aura fort à faire face au binoclard des Suns, qui voudra se montrer ultra-performant, histoire de prouver aux GM de Miami, Chicago ou New York qu’il est n’est pas que le second meilleur intérieur disponible cet été après Chris Bosh.

Mon pronostic : 4-1 pour les Suns, à moins que Clyde Drexler sorte de sa retraite…

 

denver.gifutah.gif4 vs 5 : Denver Nuggets vs Utah Jazz

La série la plus serrée de ces playoffs, à l’Est comme à l’Ouest : avant le dernier match de la saison, ces deux équipes pouvaient encore prétendre à finir 2ème de la coférence, ils finissent à  devoir se rencontrer au premier tour, avec une potentielle série face aux Lakers au tour suivant… On aura droit à un superbe duel de meneurs de jeu, avec Billups qui fera face à Deron Williams. Carmelo Anthony a cette chance de voir Andrei Kirilenko, l’un des meilleurs défenseurs de cette ligue, sur le flanc pour au moins 2 matchs. A l’intérieur, ce sont normalement les hommes de Jerry Sloan qui auront l’avantage, avec un excellent Boozer, un Okur retrouvé depuis quelques semaines et un Millsap au top dans son rôle de sixième homme à tout faire. Si Kenyon Martin ne retrouve pas rapidement ses sensations, c’est donc peut-être là, sous le cercle, que va se jouer cette série.

Mon pronostic : 4-2 pour les Jazz, à moins que Coby Karl, fils de George, ne soit une recrue intéressante et que Jerry Sloan n’est aucun plan pour le stopper…

Des séries qui s’annoncent plus que passionnantes. Comme chaque année, les NBA Playoffs vont nous offrir leur lot de surprises, reste à savoir qui va nous surprendre !

Publié dans Jazz, Lakers, Mavericks, Nuggets, Playoffs, Preview, Spurs, Suns, T'Blazers, Thunder | 1 Commentaire »

Constat d’un US Trip, épisode 2 : offrons John Wall à Indiana !

Posté par Tinmar le 12 avril 2010

A à peu près un mois de la loterie qui désignera l’équipe qui aura le Pick n°1 de la prochaine Draft, il est temps pour moi d’en parler un peu. C’est mon petit voyage à New York et notamment dans le NBA Store qui a finit de me convaincre d’écrire là-dessus. Quel rapport entre la visite d’un magasin et la prochaine Draft, me demanderez-vous ? Réponse à la fin de ce billet !

La toute récente March Madness n’a pas changé grand chose aux prévisions concernant les tout premiers choix de la prochaine Draft. D’après les principaux sites proposant une Mock Draft (si vous êtes comme moi et que vous vous dîtes « à quoi bon s’obstiner à faire une Mock alors qu’on ne connait pas encore l’ordre des équipes ? », levez bien haut la main), John Wall reste toujours la cible n°1 des scoots, suivi de très très près par le meilleur joueur universitaire de l’année, Evan Turner. Il semblerait néanmoins que John Wall ait un potentiel de « Next One » trop intéressant pour que l’on passe à côté. Et même si DeMarcus Cousins fait style « Coucou, je suis là », il ne finira pas devant ces deux-là.

johnwallabove.jpg Reuters

John Wall est un meneur de jeu vraiment au-dessus du lot, capable tout autant de renverser des montagnes que d’attirer les foules dans votre stade. Jetons un coup d’oeil aux équipes qui potentiellement peuvent chopper ce premier pick :

- New Jersey : bon dernier de cette Ligue, les futurs Brooklyniens possèdent déjà Devin Harris à ce poste primordial. Si les Nets sont tirés au sort, alors Harris sera échangé contre un bon 3/4 plus 4 que 3 histoire d’aider Brook Lopez sous les panneaux. Un arrière/ailier ne sera pas nécessaire, surtout si celui que l’on ne nomme pas choisit de venir à Brooklyn…

- Minnesota : normalement avec Jonny Flynn et les droits sur Ricky Rubio, les Wolves n’ont pas besoin d’un autre meneur de jeu. Mais Wall est plus qu’un meneur, c’est une future star. Alors Flynn pourra faire ses valises pour que Rambis puisse enfin avoir un 3 de qualité supérieure à Ryan Gomes. Quant à Rubio… bah franchement, j’en sais rien !

- Golden State/Sacramento : ces deux équipes ont drafté en juin dernier leur meneur du futur (Curry et Evans, respectivement). Ce serait peut-être les seules équipes à préférer Turner à Wall…

- Philadelphie/Détroit : Louis Williams et Jrue Holiday sont gentils, réellement, mais si Phila arrive à capter ce premier Pick, un de ces deux-là devra faire ses valises ou se contenter des miettes. Du côté du Michigan, Rodney Stuckey est dans la place mais Joe Dumars va préférer choisir John Wall pour redorer un blason bien assombri par les arrivées l’été dernier de Ben Gordon et Charlie Villanueva…

- Washington : Arenas peut faire son retour, mais les dirigeants des Wizards choisiront quand même John Wall. Au pire, si Gilbert est pas content, il peut toujours menacer ses dirigeants avec ses Beretta…

- Clippers : avec un Baron Davis impossible à bouger à cause d’un contrat de bâtard (41M$ sur les 3 prochaines années…) et Eric Gordon qui représente le futur, difficile de voir Wall débarquer sachant que les Clippers ont aussi besoin d’un Small Forward (que pourrait être Evan Turner). Mais le fait d’évoluer à LA et cette volonté d’un jour atteindre le niveau populaire des Lakers penchent en la faveur de John Wall.

- Utah (via New York) : Utah a cette chance d’avoir le pick des Knicks cette année. Avec Williams à la mène, Wall peut se révêler être un back-up ou un superbe pote de One-Two Punch, sachant que Utah a un trou en position 2… Une position où peut évoluer également Evan Turner !

- New Orleans/Memphis/Houston : la première possède déjà 3 arrières ultra-compétitifs avec Chris Paul, Darren Collison et Marcus Thornton. Dur de voir Wall là-dedans. Pour Memphis, dur également d’imaginer Mayo évoluer à côté de son semblable John Wall ! Enfin, Aaron Brooks s’est imposé comme le meneur du futur des Rockets.

- enfin, les Pacers

Lire la suite… »

Publié dans 76ers, Clippers, Draft, Grizzlies, Hornets, Jazz, Kings, Nets, Pacers, Pistons, Rockets, Saga, T'Wolves, Warriors, Wizards | Pas de Commentaire »

123456
 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag