Allen Iverson de retour à Philadelphie, et c’est New York qui a laissé filer une occasion en or !

Posté par Tinmar le 2 décembre 2009

Je ne pouvais pas écrire un billet sans parler de la news de la semaine, peut-être même de ce début de saison (avec Brandon Jennings) : Allen Iverson revient jouer pour les 76ers ! Avec la récente blessure de Lou Williams qui va le mettre de côté pour près de 2 mois, la signature de celui qui amené les Sixers en NBA Finals à lui tout seul était plus qu’évidente. Mais moi, ce que je trouve encore plus évident, c’est le fait que New York ne fasse rien pour essayer de faire patienter ses fans jusqu’à l’été prochain…

alleniversonap.jpg AP Photos

Cette nuit, les Knicks ont battu les Suns à leur propre jeu, à savoir la contre-attaque à foison : Alvin Gentry, coach des Suns et ancien assistant de Mike d’Antoni, lui-même coach des Knicks et ancien maître à jouer des Suns, a encore quelques petits trucs à apprendre de son ancien supérieur hiérarchique. Le Run & Gun reste la propriété de Mike d’Anatoni ! Le soucis à New York, c’est que d’Antoni ne possède pas les joueurs pour mener à bien cette tactique améliorée et adaptée au basket-ball du fameux « Kick & Rush » du football de nos amis les anglais (je caricature un peu, mais tant que ça au final)… Arrivé l’an dernier au Madison Square Garden, Mike d’A. n’a par exemple toujours pas de meneur pour jouer le run & gun, alors qu’il est pion essentiel et indispensable de cette tactique. Et c’est là que Iverson intervient : pourquoi diable New York n’a-t-il pas fait signer l’ancien de Georgetown, alors qu’il était clairement la réponse (The Answer, jeu de mots, merci au revoir !) attendue par l’américano-italien ? Ca n’aurait sûrement rien changé au fait que les Knicks seront une lottery team à la fin de cette saison, mais au final, ça n’aurait rien coûté de tenter le coup.

Car actuellement, New York joue avec Chris Duhon à la mène, et franchement, c’est juste pas possible ! D’accord, il est difficile de trouver mieux ou tout du moins aussi bon que Steve Nash, notamment pour cette configuration de jeu, mais avec Duhon, les Knicks ont surement trouver celui qui correspondait le moins avec cette tactique basée sur la rapidité et l’adresse dans le jeu extérieur… Duhon, c’est à peine 7 points par soir à moins de 30% de réussite, dont 22% derrière la ligne des trois-points… Certes, il distribue 6 ballons décisifs par soir pour moins de 2 pertes de balles, mais ça j’ai envie de dire, on s’en fout totalement : dans le jeu demandé par Mike d’Antoni, le mener doit shooter plus que raisonnablement (c’est la raison pour laquelle les Knicks n’ont engagé ni Ramon Sessions ni Brandon Jennings cet été), et balancer la balle rapidement vers l’avant, quitte à perdre quelques ballons. A titre de comparaison, Nash sous l’ère de d’Antoni, c’était près de 4 balles perdues par soir, pour plus de 10 passes : on n’arrive à rien sans tenter… Duhon ne tente clairement pas assez ! Rajouter à ça le fait que Duhon ne soit pas le plus rapide de tous à la course (en vrac, Jennings, Parker, Rose, Rondo, Beaubois, et… tiens, Iverson, courrent plus vite !), et vous obtenez le meneur que d’Antoni NE DEVRAIT PAS avoir dans son effectif !!

iversonblocksduhon.jpg AP Photo

Celui qu’il aurait dû avoir sous la main (et il l’était, sous la main de d’Antoni, c’est bien ça le plus triste), c’est Allen Iverson ! Rapide, tentant un peu tout et n’importe quoi au niveau des shoots mais aussi à la passe et dans les dribbles, Iverson aurait dû signer aux Knicks. David Lee aurait tellement aimé avoir encore plus de taf sous les panneaux, Spike Lee aurait peut-être enfin commencer à rentabiliser son abonnement à vie… Mais voila, Donnie Walsh a dit non, et donc Iverson s’en est retourné à Philadelphie. Facile pour lui me direz-vous, et je trouve ça trop facile si vous me posez la question : Iverson avait besoin d’un dernier challenge à sa mesure, et New York l’était, à sa mesure… Je n’ose pas imaginer un back-court composé de Iverson et de Nate Robinson : juste une horreur pour les défenseurs adverses ! Je rêve encore de voir Iverson faire se lever le MSG à coup de 30, 40, voire (allez, soyons fou) 50 points ! Parce qu’il en est encore capable, j’en suis sûr ! Pourquoi à votre avis tout le monde, à commencer par LeKing, veut jouer à New York ? Car c’est la plus grande des cités des States, avec l’une des meilleurs salles du pays et les plus grands buildings et business-men du Monde(.fr) ! Trouvez-vous meilleure source de motivation que de se faire lever une foule qui ne l’a plus fait depuis un certain shoot à 4-points de Larry Johnson en 1999 ? Définitivement, un joueur de cette envergure a besoin de jouer pour une ville de cette envergure…

Au lieu de ça, Iverson retourne sur les terres qui l’ont vu devenir une star, et vous m’en voyez vraiment désolé…

alleniversonhear.jpg  NBA.com

Publié dans 76ers, Come Back, Contrats, Knicks | Pas de Commentaire »

Ben Wallace, la vraie bonne affaire de l’été pour les Pistons ?

Posté par Tinmar le 9 novembre 2009

Cet été, les Pistons se sont pas mal affichés en recrutant coup sur coup Charlie Villanueva et Ben Gordon, deux free agents venant respectivement de Milwaukee et de Chicago. Mais c’est un autre agent libre, également prénommé Ben, qui se fait remarquer après une grosse semaine de jeu : Ben Wallace est revenu sur ses terres, et il est en train de faire taire ceux qui déjà l’envoyaient à la retraite…

benwallacemotivation.jpg AP Photo

C’est à Détroit qu’il a connu ses plus belles heures de basket-ball : un titre NBA en 2004, 4 apparitions au All-Star-Game, 4 titres de Meilleur Défenseur de la NBA, 2 titres de Meilleur Rebondeur, et un titre de Meilleur Contreur. Oui, on peut le dire, Ben Wallace a réussi sa carrière, et ce malgré une non-draft et et une coupe de cheveux horrible… Après ses très belles années à Détroit, il s’en est allé à Chicago où il n’a pas démérité, mais où il n’a finalement pas retrouvé son présence défensive, aspect du jeu qui faisait de lui l’un des meilleurs de la Ligue. Son trasnfert vers Cleveland n’a pas non plus super bien marché, et c’est sans contrat qu’il a débuté l’été 2009. A ce moment-là, Détroit lui a rouvert ses portes, pour le minimum syndical : ça tombe bien, Ben Wallace ne demandait qu’à rejouer au basket-ball, simplement. Après avoir accumulé plus de 85M$ sur 13 ans dont 46 lors de ces trois dernières saisons, Ben Wallace a accepté de jouer pour le minimum, à savoir 1,3M$.

Bien lui a pris, car après 7 matchs (pour 4 défaites), Ben Wallace revit pour redevenir on l’espère tous, une force de la nature : ce dimanche contre Philadelphie, il a écoeuré tour à tour Dalembert, Brand et Speights, pour au final accumuler 16 rebonds : pour revoir une telle copie, il faut remonter à il y a plus d’un an et demi, en février 2008, où il avait capté 16 rebonds avec les Bulls contre les Hornets ! C’est sûr, ce n’est pas le Ben Wallace qui s’amusait à prendre 15 rebonds tous les soirs (c’était en 2002/2003…), mais à le voir là, on ne dirait pas qu’il a eu un coup de moins bien à Chicago puis Cleveland. Ce fut sûrement une perte de motivation, qu’il a retrouvée en retournant dans le Michigan. En tout cas, Joe Dumars est tout heureux de voir son Big Ben retrouver son envie et sa hargne et sa défense d’antan, un temps où on a vu les Pistons de Billups-Rip-Tayshaun-Sheed-Wallace vaincre les Lakers de Payton-Kobe-Fox-Malone-O’Neal en 2004 pour le titre suprême. Le grand manitou des Pistons le crie haut et fort, il est fier de son coup d’avoir ramené Ben Wallace à Détroit :

« Je pensais juste que sa présence serait superbe pour les plus jeunes, un gars qui n’a même pas été drafté mais qui a travaillé dur et sans arrêt jusqu’à devenir All-Star. Juste pour que les plus jeunes le voient à l’entraînement tous les jours : c’est ça la raison pour laquelle je l’ai fait signé. Mais voila, il est meilleur que je ne l’aurais imaginé : c’est un bonus indéniable et bienvenu pour nous !« 

Une très bonne nouvelle donc pour les Pistons, mais également pour tous les fans de basket-ball : comme le dit Joe Dumars, ce gars est un exemple d’abnégation et de courage, et tous les jeunes devraient prendre exemple sur lui. Autant d’acharnement à défendre, à déjouer les attaques des autres, à respecter la tactique pré-établie, à y croire même quand ça ne semble plus possible, etc… Tout ça, c’est Ben Wallace, et ça fait plaisir à voir, simplement !

Publié dans Come Back, Pistons | Pas de Commentaire »

Greg Ostertag, le grand retour ?

Posté par Tinmar le 20 septembre 2009

Je vous parlais il y a peu de John Stockton, ce qu’il était et ce qu’il a apporté au basket-ball à Utah. Aujourd’hui, ce n’est pas sans plaisir que je reviens vous parler d’un autre grand homme de l’histoire des Jazz : en effet, Greg Ostertag veut revenir dans la grande ligue ! Oooooh Yeah !

ostertagdeseretnews.jpg Gary McKellar, Deseret News

Greg Ostertag, c’est 11 ans de NBA, dont 10 sous le maillot des Utah Jazz. 700 matchs joués pour les mormons, en plus des 87 matchs de playoffs : Ostertag est un mythe des Jazz. Pas autant et loin même de Mark Eaton, le grand très grand pivot des Jazz de la fin des années 80, mais pas mal. Eh bien, cet homme de 36 ans qui a pris sa retraite en 2006, veut faire son grand come back ! C’est en me perdant sur le net que j’ai vu la grosse news : Ostertag s’entraîne depuis le mois de juin pour retrouver sa forme d’antan et revenir sur les parquets, comme à la grande époque. Portland l’a même invité à venir faire un petit work-out. Les Blazers peuvent en effet être intéressé par la venue de Ostertag : avec Greg Oden aussi fragile qu’une chips, Joel Przybilla pourrait se retrouver sans réel back-up… Heureusement Greg Ostertag est là pour « contrer, prendre des rebonds, faire des écrans et empêcher quiconque de réussir un lay-up facile » comme il le dit lui-même.

Greg Ostertag nous donne là une belle leçon de longévité et de persévérance, sans véritable besoin financier qui plus est (en 11 ans en NBA, il a accumulé près de 50M$…). Lui veut juste rendre service, car il sait que sa taille, sa corpulence et son expérience des grands événements peuvent aider une équipe dans le besoin… Ca tombe bien, puisqu’apparemment les Blazers ont ce besoin ! Bonne chance Mister Ostertag !

Publié dans Come Back, Jazz, On s'en fout, T'Blazers | Pas de Commentaire »

White Chocolate revient en Floride pour aider Orlando à gravir la dernière marche !

Posté par Tinmar le 26 août 2009

New York n’a donc toujours pas trouvé son meneur pour la saison prochaine. Et ce ne sera assurément pas Jason Williams : l’ancien showman des Kings a signé un contrat d’un an avec Orlando, dernier finaliste NBA. Les conséquences de cette signature pour chacun des acteurs concernés, c’est tout de suite après la photo !

jasonwilliamsheat.jpg Bob Rosato/SI

Il y a des come-backs qui sont ahurissants et époustouflants, fabuleux et géniaux tellement les joueurs qui reviennent sont des stars et peuvent encore révolutionner le jeu de leur équipe : on se souvient du n°45 de Michael Jordan lors du printemps 95, ou encore de Magic Johnson. Aujourd’hui, ce n’est pas un hall-of-famer, encore moins une superstar, mais Jason Williams. Le meneur de jeu passé par Sacramento, Memphis et Miami (LA comptant pour du beurre) revient donc en NBA pour aider un prétendant à toucher au but final, comme il l’avait fait en 2006 pour les Heat du Shaq et Wade. En arrivant à Orlando, White Chocolate sera en concurrence avec Anthony Johnson pour être la doublure de Jameer Nelson, qui sort d’une saison certes tronquée, mais surtout assez fabuleuse puisque Nelson avait été convié au All-Star-Game.

Lire la suite… »

Publié dans Come Back, Contrats, Magic, NBA Show | Pas de Commentaire »

Stephon Marbury est enfin un Celtic !

Posté par Tinmar le 28 février 2009

ENFIN ! Après 6 mois galère pour Stephon Marbury au sein de l’effectif des Knicks, l’ancien meneur des Suns a enfin refoulé un parquet de basket-ball, et cette fois-ci, au sein de l’équipe from Massachusetts. Voici donc les première images du nouveau joueur des Celtics sous les couleurs vertes et mythiques de Boston :

stephonceltics0.jpgAP Photo

stephonceltics1.jpg

stephonceltics2.jpg

Certains ne l’aiment pas, d’autres trouvent qu’il est un mauvais joueur de basket : moi, peu m’importe, ça me fait plaisir de revoir ce bon vieux Stephon sur un parquet ! Un tel talent ne pouvait pas finir sa carrière aussi anonymement que sur le banc des Knicks, aux côtés de Eddy Curry. Reste à savoir si Marbury peut vraiment apporter quelque chose à cette équipe qui avouons-le, n’avait pas autant besoin de lui que lui avait besoin d’eux…

Publié dans Celtics, Come Back | Pas de Commentaire »

123
 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag