John Stockton au Hall of Fame : est-il le meilleur meneur de jeu que la NBA ait jamais connu ?

Posté par Tinmar le 13 septembre 2009

Cette semaine fut une grande semaine dans le monde du basket, et pas seulement la NBA : chaque année sont introduits dans le Hall of Fame de nouveaux anciens joueurs ou entraineurs ayant marqué à jamais l’histoire de la NBA et du basket-ball en général. Entrer dans le « Temple de la Renommée », c’est en quelque sorte la consécration. Et cette année, ceux qui y ont été conviés sont simplement des cadors : j’ai nommé dans l’ordre alphabétique Michael Jordan, David Robinson, Jerry Sloan et John Stockton ! Ce soir, je vais me pencher sur ce dernier, sur ce qu’il a fait, sur ce qu’il a été… C’est parti pour l’éloge de Monsieur John Stockton !

hof09.jpg johnstocktonhof.jpgAP & Reuters

John Stockton… Ce nom ne vous dit peut-être rien, ou du moins plus grand chose. Pour vous, il n’a peut-être été que le meneur-papy des Jazz alors qu’il avait 40 ans : c’est vrai. Il a peut-être été aussi le seul joueur NBA à ne pas avoir de style avec son short plus court que mon slip : c’est vrai aussi. Mais pour tant d’autres, il a été l’un des tout meilleurs à son époque, et même de l’histoire du basket-ball.

Sa carrière : après 4 ans passés à l’université de Gonzaga (celle-là même qui a vu sortir Ronny Turiaf récemment) John Stockton est arrivé en NBA en 1984, en même temps que Jordan, Olajuwon, Barkley ou autres Sam Bowie. Il a attendu tout de même la 16ème position de la Draft pour être appelé par David Stern (dont c’était la première Draft en tant que Commissionner). Il sait donc qu’il jouera pour les Jazz… mais ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il va y jouer durant toute sa carrière, 19 ans en NBA ! Durant ces 19 années, Stockton connaîtra tout sauf deux choses : une saison sans playoffs, et un titre NBA. Lui et ses Jazz arriveront deux fois en NBA Finals, mais ils sont à chaque fois tombés sur les Bulls de Jordan, en 1997 et 1998. Plus personnellement, en plus de ses 9 titres de meilleur passeur de la Ligue, il a été appelé 10 fois au All-Star-Game, et gagnera même en 1993, à la maison (Salt Lake City) le titre de co-MVP du match avec Karl Malone. Il fera partie de la légendaire Team USA de 1992, ainsi que de celle de 1996 qui remportera le titre olympique à Atlanta. Pour l’anecdote, et pour bien montrer comment est le personnage, une vidéo montre Stockton arpentant les rues de Barcelone en 1992, et qui ne se fait même pas reconnaître par une américaine fan de la Dream Team !

johnstocktonbuzzerbeater.jpg Getty Images

Lire la suite… »

Publié dans All Star, Awards, Jazz, NBA History | Pas de Commentaire »

LeBron James est officiellement le MVP de cette saison !

Posté par Tinmar le 5 mai 2009

Je l’avais lu en exclu sur le site du Plain Dealer from Cleveland, c’est désormais officiel : LeBron James est le MVP de la cette saison NBA !

lebronpowder1.jpg Andrew Weber

Il a reçu 109 premières places sur 121 possibles. Le second se nomme Kobe Bryant qui devance de peu et avec un peu de surprise Dwyane Wade. Suivent logiquement par contre, Dwight Howard, Chris Paul et Chauncey Billups. Tony Parker, auteur d’une saison remarquable lui aussi, se retrouve à la 8ème position devant Roy, Nowitzki et Duncan… Pas mal pour notre frenchy !

Bref, tout ça pour dire que LeBron est devenu LeKing… 6 ans pour obtenir ce titre que Kobe a attendu 12 ans, c’est pas mal ! Par contre, un certain Mike J. n’avait attendu que 4 ans pour ce titre de MVP… mais 7 ans pour gagner son premier titre NBA, que Kobe n’avait attendu que 4 ans………………… Euh, je suis perdu, je vais aller dormir !

Publié dans Awards, Cavaliers, NBA History, NBA Show | Pas de Commentaire »

LeBron James est (presque) officiellement le MVP de cette saison !

Posté par Tinmar le 4 mai 2009

L’annonce va apparemment être faite cet après-midi à St Mary’s, l’ancien collège de LeBron James selon une source locale. Loin d’être une surprise, ce titre va donc récompenser le meilleur joueur de la Ligue, évoluant dans la meilleure équipe de la saison ! LeKing James est là mesdames et messieurs !

lebronpowder.jpg Reuters

Le second plus jeune vainqueur de ce trophée… Egalement le premier Cavalier à remporter le titre Maurice Podoloff… Peut-être deviendra-t-il le premier depuis Big Oscar à réaliser un triple sur toute une saison… Bref, cet homme nommé LeBron est plus qu’un phénomène, il est extraordinaire ! Chapeau monsieur, car avec un certain monstre appelé Dwyane Wade derrière vous, Kobe Bryant (l’ancien MVP) ou encore Dwight Howard (DPOY) et Chris Paul, la bataille fut rude, mais vous l’avez emporté haut la main : 28 points, 7,5 passes 7 rebonds, au sein d’une équipe qui a gagné 66 rencontres sur 82…

Encore une fois, bravo LeBron ! Vous êtes parti pour dominer la NBA pendant 1000 ans… Vous me rappelez un certain Michael Jordan : j’espère que vous allez prendre ça comme un compliment, car vous êtes déjà peut-être meilleur que lui……….

Publié dans Awards, Cavaliers | Pas de Commentaire »

Rookie of the Year : Rose bien sur… et Brook et Robin Lopez qui nous la jouent Suzie et Suzon !

Posté par Tinmar le 24 avril 2009

Au début de cette semaine ont été annoncées les vainqueurs de deux titres majeurs : celui de meilleur défenseur, logiquement attribué à Dwight Howard (rappelons-le, il est le number one aux contres et rebonds…), et celui du rookie de l’année, tout aussi logiquement décerné à Derrick Rose, le meneur des Bulls… Non, ce qu’il y a eu de surprenant dans cette dernière élection, ce n’est pas la seulement sixième pla ce de Kevin Love, mais bien la place de second qu’un journaliste a attribué à… Robin Lopez !

lopeztwins.jpg SI.com

Derrick Rose devant OJ Mayo et Brook Lopez : voici donc les résultats de cette année concernant les meilleurs débutants NBA. Logique, au vu des prestations monstrueuses de Rose : il est le 9ème de l’Histoire à accumuler 16 et 6 lors d’une première saison, après Oscar Robertson, Magic Johnson, Isiah Thomas, Penny Hardaway, Damon Stoudamire, Allen Iverson, Steve Francis et Chris Paul… Notons également qu’il a égalé Kareem AJ pour le plus grand nombre de points marqués pour un premier match de play-offs, et hop, on obtient un crack !

Derrière donc, la star OJ Mayo a fait honneur à son statut d’excellent joueur de basket, puisqu’avec 18,5 points par soir, il est le meilleur scoreur de sa promotion (avec également 3 passes et 4 rebonds). On peut facilement parier sur lui pour être le Kevin Durant de l’an prochain, c’est-à-dire devenir le leader de son équipe en montant jusqu’à 24 points par nuit. Conley (surprenante fin de saison) + Mayo +Rudy Gay = futur doré pour Memphis !

C’est ensuite que le plus drôle arrive : bien entendu, Brook Lopez mérite amplement cette troisième place… En effet, le rookie des Nets s’est imposé dans le roster de Lawrence Franck, pour devenir déjà l’un des meilleurs à son poste de pivot.

Regardons la suite du classement : Russell Westbrook devance Eric Gordon, qui devance Kevin Love, qui devance trois autres intérieurs : Michael Beasley, Marc Gasol et… Robin Lopez !

Le jumeau de Brook a reçu une place de second dans cette élection… Sauf que Robin Lopez, doublure de la doublure du Shaq à Phoenix, n’a qu’une moyenne de 3 points et 10 minutes de jeu par match… Donc, clairement, un votant s’est totalement gourré, confondant Brook le bon avec Robin le moins bon… A moins que le journaliste en question ne soit vraiment trop fort et a déjà deviné le potentiel de Robin… Mais je pense pas, donc je dois en conclure que le journaliste n’est pas très bon dans ce qu’il fait !!!

Where will amazing happens this year ? En partie là, je pense !

Publié dans Awards, On s'en fout | 1 Commentaire »

Meilleur 6ème homme ? Les habitués ont du soucis à se faire…

Posté par Tinmar le 9 novembre 2008

Je vous annonce tout de suite la couleur : la lutte pour rafler le titre de Best 6th Man va être intense, et va se jouer entre de très, très gros clients !

gino.jpg by AFP/Getty Images

Si on regarde les anciens lauréats de ce titre, on peut classer les joueurs selon plusieurs catégories : les jeunes pousses qui ont eu plus tard leur place dans un cinq de départ (Ricky Pierce, Detlef Schrempf, Cliff Robinson, Toni Kukoc, Ben Gordon, mais il est encore jeune), les vieux briscards qui ont leurs années de gloire derrière eux mais qui peuvent encore rendre service (McHale, Manning, Williamson), ou encore ceux qui sont simplement meilleurs en sortant du banc (alors que le starter est le plus souvent moins bon que le 6th man), comme Barbosa et Ginobili très récemment.

Cette année, et après avoir observé quelques feuille de matchs, nous pouvons créer une nouvelle catégorie de gens : j’ai nommé, les « je suis bon, je serai titulaire partout ailleurs, mais pas dans mon équipe actuelle »-players ! En effet, et comme on l’avait « redouté » après les matchs de pré-saison, certains coachs ont choisi de se passer des services d’un de leurs meilleurs éléments afin de ne pas avoir une rotation trop déséquilibrée. Les cas les plus notables sont Lamar Odom chez les Lakers, de Darko Milicic à Memphis, et de Kirilenko dans l’Utah (attention, une blague s’est glissée dans cette liste, saurez-vous la trouver ?).

Dans les deux cas, on peut néanmoins noter certains points de ressemblance : les deux joueurs (mais qui est donc la blague ? Le suspense reste entier) sont versatiles, et peuvent presque jouer à tous les postes (du 2 au 5 en forçant bien), et celui qui a pris à leur place chez les starters est à chaque fois moins bon (et moins payé, logique pas toujours claire en NBA…). Et les deux ont (à contre-coeur certainement), semble-t-il pris goût à ce poste de 6ème homme, si l’on peut considérer que c’en est un.

Allez, je finis avec ma blague filée… Vlad Radmanovic est donc titulaire à la place de Lamar Odom dans la cité des anges, tandis que c’est l’anonyme CJ Miles qui démarre chez les Jazz, en lieu et place de Kirilenko. Alors on peut se poser la question : pourquoi se passer de tels joueurs dès le début du match ? Car à Utah par exemple, CJ Miles ne sert pour l’instant pas à grand chose à être la 5ème roue du carrosse… La réponse est pourtant simple : coachs Jackson et Sloan les mettent sur le banc pour les lancer plus tard, quand l’équipe adverse lance son 2ème cinq, nécessairement moins bon que le premier. Et donc, pour l’instant, ça marche, puisqu’on enregistre pour Kirilenko une belle moyenne de 15 points, 8 rebonds, 2 interceptions et 2 contres en 32 minutes de jeu, tandis que Odom marque 10 points et prend 8 rebonds en 27 minutes de jeu.

Bon, par contre, le jeu des comparaisons est finie désormais, car Kirilenko atteint au bout de 5 matchs, le niveau de jeu qui lui avait permis de devenir All-Star il y a 4 ans de cela, tandis que Odom a nettement baissé ses stats, pour effectuer des taches plus obscures. Mais ce n’est que le début de saison, et je suis prêt à parier que Odom va augmenter ses stats.

Enfin voila, tout cela pour dire que la bataille pour remporter ce titre de Best 6th Man va cette année être un peu plus ardue que d’habitude : les Barbosa, Gino et autres Ben Gordon peuvent avoir du soucis à se faire, car Andreï et Lamar ont les armes pour leur arracher leur du. Il leur faudra donc prouver sur le terrain que qu’ils méritent ce titre de Meilleur remplaçant !

Publié dans Awards, Jazz, Lakers | Pas de Commentaire »

12
 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag