• Accueil
  • > Magic
  • > Des finales de conférence (presque) à sens unique : gardez la foi mes amis…

Des finales de conférence (presque) à sens unique : gardez la foi mes amis…

Posté par Tinmar le 20 mai 2010

2 victoires à rien. C’est pour l’instant le score des séries qui opposent d’un côté les Orlando Magic aux Boston Celtics, et de l’autre les Los Angeles Lakers aux Phoenix Suns. Pour les premiers cités, ça va plutôt mal puisque les deux matchs ont été perdu à domicile ; pour les derniers, ça ne s’annonce pas beaucoup mieux, les statistiques n’étant pas des plus optimistes : historiquement, jamais une équipe n’a remonté deux défaites à domicile pour commencer une série au meilleur des 7 rencontres ; de même, jamais Phil Jackson n’a perdu de série quand il a gagné le premier match de celle-ci… L‘Histoire nous fait donc dire que ces deux séries se termineront très prochainement, et que la prochaine finale NBA nous proposera une affiche digne des années d’avant, à savoir Celtics vs Lakers… Mais moi, je suis d’une nature plutôt optimiste : non, je ne crois pas possible un revirement de situation, non je ne crois pas possible une finale Magic/Suns. Mais j’ai foi en des finales de conférence beaucoup plus disputées lors des prochains matchs. Et je vais vous dire pourquoi…

carterprayer.jpg NBAE via Getty Images

Commençons par la finale de la conférence Est. Orlando s’est baladé lors des deux tours précédents : 4-0 face aux Bobcats, 4-0 face aux Hawks. Face aux Celtics aujourd’hui, la donne a changé et Orlando doit désormais remonter un handicap pratiquement insurmontable : deux défaites à domicile, face à des joueurs aussi expérimentés que Garnett, Pierce, Allen et Wallace, face à un meneur aussi complet et défensif que Rondo, face à un pivot physique comme Perkins, la mission va être ardue pour Dwight Howard et ses amis de Floride. Pour autant, j’ai mes raisons de croire en un sursaut des Magic et de croire en une série en 6 rencontres. Tout d’abord, car cette saison les Celtics ont été meilleurs à l’extérieur qu’à domicile : c’est d’ailleurs la meilleure équipe en déplacement de la saison passée en compagnie des Mavericks, devançant d’un poil… les Orlando Magic, justement.

Et voila mon second point : les Magic sont normalement une bonne équipe à domicile, mais ils se débrouillent vraiment bien à l’extérieur également. Cette saison d’ailleurs, les Magic ont gagné leurs deux matchs disputés au TD Garden. On a vu lors du game 2 que Carter avait peut-être succombé au surplus de pression pour manquer deux lancers décisifs dans la dernière minute de jeu : peut-être qu’à Boston, cette pression se serait muée en rage de dire à toute cette salle toute vêtue de vert « mais fermez vos g***** » : connaissant un peu le personnage, je suis un partisan de cette théorie.

Penchons nous d’ailleurs sur le déroulement des deux premiers matchs de cette série. Au final, on a deux victoires des Celtics, mais les deux matchs furent très disputés : +4 lors du game 1, +3 lors du game 2…

Je sais qu’avec des si, on pourrait changer le monde (et accessoirement couper du bois…), mais si Redick avait mis son shoot ouvert à trois-points à une minute du buzzer final du Game 1, un shoot qui aurait pu ramener les Magic à 2 poins des Celtics ? A la place, on a Howard qui marque à moins de 30 secondes du buzzer, entraînant les séances de lancers-francs prévisibles à souhait quand on a Paul Pierce et Ray Allen en face… Game 2 : et si Carter avait mis ses deux lancers pour ramener son monde à un petit point des Celtics à 30 secondes de la fin du match, offrant une réelle dernière possession à son équipe ?

Bien sûr, je n’oublie pas de mentionner le passage à vide Dwight Howard lors du game 1, je n’oublie pas le pitoyable 5/22 à trois-points lors de ce même match, je n’oublie pas le match 2 foiré de Jameer Nelson, non je ne les oublie pas, je les mets d’ailleurs en avant : et si tout cela au final n’était qu’une mauvaise passe pour les Magic ? Howard a appris de son Game 1 pour exploser le Game 2 (quoique le chiffre 0 dans la colonne Block fait un peu désordre), Redick apprendra aussi de son shoot manqué et de son temps-mort foiré,  toute l’équipe ne peut pas continuer à shooter aussi mal que lors du Game 1, etc… Lewis aussi qui sait, se réveillera, on ne sait jamais car comme l’a dit l’ami Vince Carter : « Maintenant, tout le monde doit faire front et garder en tête que la victoire reste possible. Si la motivation est là, on peut gagner ». Si toutes les bonnes conditions pouvaient être réunies par tous et en même temps pour gagner ne serait-ce qu’un match à Boston : avec des « si »… Allez, gardons la foi mes amis, et changeons de côte des USA.

lopezprayer.jpg NBAE via Getty Images

De l’autre côté des USA, les Lakers dominent pour l’instant des Suns trop fragiles défensivement pour espérer inquiéter Bryant & Co. Les deux victoires ont été sans appel, même si on notera avec plaisir un beau come back des Suns à la fin du Q3 du G2 (grâce au 5/5 à 3 de la part de JD3… Comprendra qui pourra !). Je peux lire ici ou là que la série est à sens unique, mais pour moi (qui n’ai pas encore vu de rencontres de cette série, mais qui possède une foi du feu de Dieu en ces Suns-là) elle est loin de l’être : OK, les Lakers mènent 2 à 0, mais avec l’avantage du terrain, rien de plus normal non ? Bien sûr que j’ai noté la domination de Gasol sur Stoudemire : l’espagnol domine tous les intérieurs de la ligue, ça n’est donc pas une surprise. Oui, j’ai remarqué la bonne forme de Kobe : vous n’allez pas me dire que vous êtes surpris…

Ce qu’il faut juste à ces Suns, c’est continuer de la sorte offensivement, un peu plus de rigueur en défense, limite un sacrifice de Collins et Amundson sur Gasol (genre s’attacher à son mollet, ou essayer de lui mettre du poivre dans les yeux), et un peu plus d’apport de la part de deux hommes en particulier : Amar’e Stoudemire d’abord, qui doit profiter de sa puissance et de chaque extériorisation de Channing Frye pour tenter plus sous le cercle (c’est lui le power qui en tente le plus cette saison, juste derrière Zach Randolph) et qui doit défensivement arrêter de trop réfléchir et se contenter de bloquer les rebondeurs offensifs adverses (ce fut flagrant lors du game 1, avec seulement 2 rebonds défensifs pour Amar’e, contre 7 offensifs pour Odom) ; puis Goran Dragic, qui doit profiter de sa vitesse de jambes et d’exécution de shoots pour prendre le dessus sur Derek Fishet et Jordan Farmar.

Je pense sincèrement que les Suns peuvent gagner leur 2 matchs à domicile : pour cela, il leur faudra bétonner leur secteur intérieur (pas par des prises à deux, qui ouvrent trop d’espace à Ron Artest, chaud depuis le Game 3 de la série face à Utah mais bétonner POUR DE VRAI les jambes de Gasol),  pour gagner la bataille du rebond. Cela avait été la clé face aux Spurs, il en sera de même pour cette série face aux Lakers…

Tout ça au final pour contredire ceux qui pestent contre la non-compétitivité de ces playoffs, ceux qui prédisent deux sweeps, ceux qui baissent les bras avant même d’avoir goûté la mayonnaise : à tous ceux-là, je leur demande de croire…« Believe » comme ils disent là-bas, faites confiance à ces joueurs qui comme vous, comme moi, comme lui peut-être, possèdent un minimum d’orgueil et de fierté. Moi en tout cas j’y crois : les Magic et les Suns pousseront pour aller au moins jusqu’au game 6, pour moi, pour vous, pour lui peut-être…

Laisser un commentaire

 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag