« Et maintenant ? », Cleveland Cavaliers Edition

Posté par Tinmar le 25 mai 2010

Enfin, elle arrive l’édition « Spécial Cavaliers » de la saga « Et maintenant« : on va enfin pouvoir parler du futur des Cleveland Cavaliers  de LeBron James ! Eliminés par des Celtics jouvencifiés (ou revigorés, ou rajeunis, ou requinqués, ça dépend de quelle génération vous êtes), les Cleveland Cavaliers sont sortis de ces playoffs la tête très basse par la toute petite porte. Alors qu’on les attendait tout en haut de l’affiche, la bande à LeBron a failli à leur mission de ramener un titre dans une ville qui n’en a pas connu depuis au moins 1000 ans… De quoi sera fait l’avenir des Cavaliers ? Ont-ils laissé passer leur chance à tout jamais ? LeBron possède-t-il un minimum de fierté pour continuer avec son Cleveland de toujours ? L’appel des dollars et de la notoriété du côté du New Jersey, de New York et de Chicago va-t-il pousser LeBron James à abandonner son Ohio natal ? Je vous offre ce petit pense-bête sur les quelques éléments qui vont influer sur le futur de LeBron James, et donc celui des Cavaliers…

teamcavs.jpg  Jesse D. Garrabrant/NBAE

Petit rappel des faits : petit come back en 2003… On sait depuis une paire d’années qu’un dénommé LeBron James va devenir la nouvelle tête de gondole du basket-ball mondial. La Draft 2003 s’annonce donc très intéressante, puisque ce dernier, 18 ans tout juste à l’époque, a annoncé vouloir rentrer dans le monde des pros. Les Cleveland Cavaliers voit là une occasion en or de redorer un blason qui n’a en fait jamais vraiment brillé, en profitant donc de la star locale : en effet, LeBron James est né et a passé toute sa vie à Akron, petite ville proche de Cleveland, dans l’Ohio. Officieusement, Cleveland décide donc de « tanker » (à savoir faire en sorte de finir dans les derniers de la ligue, chose bien sûr interdite) sa saison 2002/03 pour avoir les plus grandes chances de sélectionner LeBron James, promis à la première place de la Draft 2003.

Sept ans plus tard, James porte bien le maillot des Cleveland Cavaliers, mais peut-être plus pour très longtemps. En effet, en 7 ans, Cleveland est passé de la dernière place de la ligue à celle de leader, le tout construit autour de LeBron James. Au bout de 4 ans, les Cavs ont atteint les NBA Finals en 2007, perdues face à San Antonio. A la suite de ce sweep humiliant, LeBron James a demandé à ses dirigeants de lui fournir la meilleure équipe possible afin de ramener un titre national à Cleveland :

  • juin 2007, Tony Parker s’est simplement baladé en NBA Finals et a remporté le titre de MVP des NBA Finals. LeBron réclame un meneur de jeu, il l’aura avec Mo Williams.
  • févier 2008, Boston est en passe de tout casser grâce à l’acquisition d’un big three juste avant la Draft 2007. LeBron veut une force intérieure pour faire peur aux attaquants adverses, on lui prendra Ben Wallace.
  • juin 2009, l’expérience Big Ben a échoué. LeBron réclame un encore plus gros intérieur pour faire encore plus peur aux intérieurs adverses et notamment Dwight Howard, qui a bouffé du Cavalier en Finale de conférence Est. On lui offrira Shaquille O’Neal.
  • février 2010, malgré un très bon début de saison, LeBron sent qu’il lui faut un power pouvant contenir Pau Gasol, et qui sait shooter à mi-distance, histoire qu’il puisse pénétrer sans qu’il y ait trop de trafic à l’intérieur. On lui servira Antawn Jamison sur un plateau, sans rien perdre de l’effectif puisque Zydrunas Ilgauskas reviendra quelques semaines plus tard

Tout cela, les Cavs le lui ont offert sans broncher. Car les Cavs savent que sans efforts de leur part, LeBron ira voir ailleurs pour essayer de gagner ce titre qu’il n’arrive pas à obtenir dans sa ville natale. Car les Cavs savent que LeBron, en fin de contrat à l’été 2010, peut partir sous d’autres cieux sans aucune contrepartie. Car les Cavs savent que sans LeBron James dans leur équipe, celle-ci coulera pour plusieurs saisons. Car les Cavs savent que laisser partir LeBron est synonyme de catastrophe économique pour l’Ohio… Malheureusement, tous ces effort n’ont servi à rien, puisque Cleveland s’est fait sorti en demi-finales de conférence par des Boston Celtics que tout le monde croyait à la rue : on les disait vieux, ils sont en fait expérimentés… On les disait fatigués, ils sont en fait vicieux et revanchards… On les disait terminés, ils ne le sont pas encore… Pour Cleveland par contre, tout est peut-être terminé désormais.

LeBron James peut-il partir sans avoir ramené le titre à Cleveland ?

Autant avant les playoffs, on imaginait bien LeBron resigner un nouveau contrat. Pour essayer de franchir la dernière marche en cas d’élimination en NBA Finals, ou mieux, pour gagner plusieurs titres de suite. Mais avec une élimination si précoce et une tactique qui semble-t-il a fait son temps, peu imagine LeBron rester à Cleveland. Moi de même pour tout avouer…

Lire la suite… »

Publié dans Cavaliers, Preview | 3 Commentaires »

« Et maintenant ? », Atlanta Hawks Edition

Posté par Tinmar le 23 mai 2010

Je le sais, ça fait maintenant 14 ans que Orlando a éliminé Atlanta en demi-finales de conférence des playoffs 2010, et depuis les choses ont évolué, avec notamment Orlando en voie de disparition par sweep de Boston en finale de conférence… Mais voila, mieux vaut tard que jamais, et ni Atlanta ni Cleveland ne vont échapper à leur petit bilan de santé et à leur petit traitement jusqu’à la saison prochaine. Atlanta est devenu cette saison l’une des meilleures équipes à l’est des Etats-Unis, et l’on se demandait il y a encore quelques semaines si Atlanta pouvait rivaliser voire combattre et vaincre les cadors que sont les Cleveland Cavaliers et les Orlando Magic. On a désormais la réponse : c’est non ! Autre question : Atlanta peut-il espérer une meilleure équipe que celle de cette année ? A vous de vous faire votre propre réponse. Moi, je vais essayer de me trouver la mienne…

teamhawks.jpgDoug Benc/Getty Images

Petit récapitulatif : les Atlanta Hawks ont certainement réalisé l’un des meilleurs coups de l’été 2009 en récupérant Jamal Crawford en échange d’un surimi et d’une moitié d’avocat (Speedy Claxton et Acie Law). Avec Jamal dans son effectif, Atlanta s’est trouvé un second scoreur, un 6ème homme parfait, et un revanchard affamé, tout ça dans la même personne ! Avec lui, Atlanta a été cherché la 3ème place de la conférence Est, derrière les intouchables Cavs et Magic, mais devant ces vieux croulants de Celtics…  C’est simple, l’arrivée de Crawford conjuguée à la toujours bonne progression de Al Horford au centre et celle un peu plus surprenante mais non moins appréciée de Josh Smith (notamment en défense), les Hawks ont remporté 65% de leurs rencontres de saison régulière, le meilleur total de la franchise depuis la saison 1996/97, époque où Mookie Blaylock menait une équipe composée de Dikembe Mutombo, Christian Laettner, Steve Smith et Tyrone Corbin… Tout ça pour vous dire que ça faisait un sacré bail que la ville d’Atlanta attendait un nouvel élan pour son équipe NBA !

Malheureusement, les Hawks ont failli à leur mission de devenir une équipe difficile à battre : après un premier tour des playoffs remporté très difficilement en 7 matchs face aux Bucks (pourtant privés de leur pivot star Andrew Bogut), les Hawks se sont fait enrhumés par les Magic. Le résultat est sans appel : 4 à 0 pour un départ en vacances quelque peu expéditif… Une élimination lourde de conséquences mais surtout qui nous fait nous poser beaucoup de questions : Atlanta peut-il composer une meilleure équipe que celle-ci ? Verra-t-on encore Joe Johnson, free agent cet été, sous le maillot rouge et blanc des Hawks la saison prochaine ? Al Horford et Josh Smith peuvent-ils devenir les leaders de cette équipe pour la porter encore un peu plus haut ?

La Free Agency 2010 : Atlanta est frappé de plein fouet par cette grande braderie qui démarrera le 1er juillet prochain (pas avant Messieurs Kerr et Cuban…), avec le contrat de Joe Johnson qui se termine. Celui-ci a toujours réclamé un salaire maximal, et plusieurs équipes peuvent lui donner ce qu’il souhaite. Maintenant, avec des playoffs catastrophiques, la liste s’est réduite mais elle n’est pas pour autant vierge. En fait, l’avenir de Joe Johnson s’écrira selon ceux de Wade, James, et à un degré moindre Bosh, Boozer, Stoudemire et Nowitzki. Mais clairement, Joe Johnson seul n’intéressera personne ayant besoin de reconstruire une franchise entière (je pense à Miami sans Wade ou à New York sans LeBron). En fait, pour faire très simple, l’équipe qui signera Joe Johnson cet été devra signer un autre poisson cet été pour espérer gagner rapidement quelque chose : Bosh, Boozer et Stoudemire apparaissent comme de bons éléments autour de qui Johnson pourrait devenir un bon lieutenant, Rudy Gay un peu moins… Pas mal de ces possibilités ont été étudiées par Tom Ziller et Bethlehem Shoals : à voir et à revoir !

Lire la suite… »

Publié dans Draft, Hawks, Preview | Pas de Commentaire »

Des finales de conférence (presque) à sens unique : gardez la foi mes amis…

Posté par Tinmar le 20 mai 2010

2 victoires à rien. C’est pour l’instant le score des séries qui opposent d’un côté les Orlando Magic aux Boston Celtics, et de l’autre les Los Angeles Lakers aux Phoenix Suns. Pour les premiers cités, ça va plutôt mal puisque les deux matchs ont été perdu à domicile ; pour les derniers, ça ne s’annonce pas beaucoup mieux, les statistiques n’étant pas des plus optimistes : historiquement, jamais une équipe n’a remonté deux défaites à domicile pour commencer une série au meilleur des 7 rencontres ; de même, jamais Phil Jackson n’a perdu de série quand il a gagné le premier match de celle-ci… L‘Histoire nous fait donc dire que ces deux séries se termineront très prochainement, et que la prochaine finale NBA nous proposera une affiche digne des années d’avant, à savoir Celtics vs Lakers… Mais moi, je suis d’une nature plutôt optimiste : non, je ne crois pas possible un revirement de situation, non je ne crois pas possible une finale Magic/Suns. Mais j’ai foi en des finales de conférence beaucoup plus disputées lors des prochains matchs. Et je vais vous dire pourquoi…

carterprayer.jpg NBAE via Getty Images

Commençons par la finale de la conférence Est. Orlando s’est baladé lors des deux tours précédents : 4-0 face aux Bobcats, 4-0 face aux Hawks. Face aux Celtics aujourd’hui, la donne a changé et Orlando doit désormais remonter un handicap pratiquement insurmontable : deux défaites à domicile, face à des joueurs aussi expérimentés que Garnett, Pierce, Allen et Wallace, face à un meneur aussi complet et défensif que Rondo, face à un pivot physique comme Perkins, la mission va être ardue pour Dwight Howard et ses amis de Floride. Pour autant, j’ai mes raisons de croire en un sursaut des Magic et de croire en une série en 6 rencontres. Tout d’abord, car cette saison les Celtics ont été meilleurs à l’extérieur qu’à domicile : c’est d’ailleurs la meilleure équipe en déplacement de la saison passée en compagnie des Mavericks, devançant d’un poil… les Orlando Magic, justement.

Et voila mon second point : les Magic sont normalement une bonne équipe à domicile, mais ils se débrouillent vraiment bien à l’extérieur également. Cette saison d’ailleurs, les Magic ont gagné leurs deux matchs disputés au TD Garden. On a vu lors du game 2 que Carter avait peut-être succombé au surplus de pression pour manquer deux lancers décisifs dans la dernière minute de jeu : peut-être qu’à Boston, cette pression se serait muée en rage de dire à toute cette salle toute vêtue de vert « mais fermez vos g***** » : connaissant un peu le personnage, je suis un partisan de cette théorie.

Penchons nous d’ailleurs sur le déroulement des deux premiers matchs de cette série. Au final, on a deux victoires des Celtics, mais les deux matchs furent très disputés : +4 lors du game 1, +3 lors du game 2…

Je sais qu’avec des si, on pourrait changer le monde (et accessoirement couper du bois…), mais si Redick avait mis son shoot ouvert à trois-points à une minute du buzzer final du Game 1, un shoot qui aurait pu ramener les Magic à 2 poins des Celtics ? A la place, on a Howard qui marque à moins de 30 secondes du buzzer, entraînant les séances de lancers-francs prévisibles à souhait quand on a Paul Pierce et Ray Allen en face… Game 2 : et si Carter avait mis ses deux lancers pour ramener son monde à un petit point des Celtics à 30 secondes de la fin du match, offrant une réelle dernière possession à son équipe ?

Bien sûr, je n’oublie pas de mentionner le passage à vide Dwight Howard lors du game 1, je n’oublie pas le pitoyable 5/22 à trois-points lors de ce même match, je n’oublie pas le match 2 foiré de Jameer Nelson, non je ne les oublie pas, je les mets d’ailleurs en avant : et si tout cela au final n’était qu’une mauvaise passe pour les Magic ? Howard a appris de son Game 1 pour exploser le Game 2 (quoique le chiffre 0 dans la colonne Block fait un peu désordre), Redick apprendra aussi de son shoot manqué et de son temps-mort foiré,  toute l’équipe ne peut pas continuer à shooter aussi mal que lors du Game 1, etc… Lewis aussi qui sait, se réveillera, on ne sait jamais car comme l’a dit l’ami Vince Carter : « Maintenant, tout le monde doit faire front et garder en tête que la victoire reste possible. Si la motivation est là, on peut gagner ». Si toutes les bonnes conditions pouvaient être réunies par tous et en même temps pour gagner ne serait-ce qu’un match à Boston : avec des « si »… Allez, gardons la foi mes amis, et changeons de côte des USA.

Lire la suite… »

Publié dans Magic, Playoffs, Suns | Pas de Commentaire »

MyMockDraft4U, Genèse : Washington gagne le Pick n°1 de la Draft 2010 !

Posté par Tinmar le 19 mai 2010

J’ai toujours considéré les Mock Drafts d’avant Lotery quelque peu inutile. C’est vrai, à quoi bon s’étendre sur des pronostics alors que l’on va devoir les refaire en entier ou presque ? Bref, la loterie qui désigne l’équipe qui aura l’honneur de choisir en premier le meilleur universitaire s’est enfin déroulée : c’est WASHINGTON qui sort grand vainqueur ! Bravo à eux, mais contrairement à presque toutes les autres équipes, les Wizards vont se poser pas mal de questions : John Wall peut-il jouer avec Gilbert Arenas ? Arenas est-il encore un impact player ? Quelle est sa vlauer sur le marché ? Evan Turner ne ferait-il pas un meilleur duo avec Arenas ? Y a-t-il un Kwame Brown bis ?

A l’heure qu’il est, tous les sites spécialisés sont en train de refaire leur Mock Draft respective, je vous propose la mienne : plus réactif, tu ne peux pas ! C’est donc uniquement avec mon superbe instinct que j’ai fait cette Mock : vous êtes prévenus !

10mockdraft4uv1.jpg

Comme vous pouvez le voir, je me suis contenté de la loterie, des 14 premiers picks : au-delà, ça devient vraiment très dur compte tenu des possibles erreurs commises avant. Alors, concernant tout cela, je me pose plusieurs questions : Philadelphie se sent-il assez comblé avec Iguodala, Young et Green en position 2 et 3 pour passer outre Evan Turner ? Perso, je le pense, et je pense aussi qu’un intérieur impacterait plus après l’échec Elton Brand. Je vote donc pour DeMarcus Cousins. Et New Jersey pourrait alors profiter de l’aubaine pour recruter Evan Turner, et qui sait, LeBron J. …

Mes plus grosses interrogations concernent Minnesota et Sacramento. Les Wolves ont surtout besoin d’un pivot pour épauler la paire Love/Jefferson : mais le soucis, c’est que Cousins aura déjà été pris selon moi, Derrick Favors n’est clairement pas un pivot, et Aldrich ne semble pas assez bon pour « gâcher » un 4ème choix. Bien sur, les Wolves ont un trou à l’aile, que Wesley Johnson comblerait à merveille, mais plus que ça, je vois bien un trade avec Détroit genre « pick 4 contre pick 7 » :  Détroit ayant grand besoin d’un intérieur, les Pistons pourraient dès lors chopper Derrick Favors, tandis que Minnesota pourrait prendre Aminu ou Aldrich avec le pick 7… A voir, mais franchement, dans le cas de figure actuel, je ne vois pas Minnesota garder son pick.

Concernant Sacramento, je me pose aussi la question : avec Landry en poste 4, Sacramento se dirigerait volontiers vers un SF (Johnson, Aminu ?) ou un pivot (Aldrich ?). Mais un on ne laisse pas filer un gars comme Derrick Favors au-delà du 5ème rang : mais son gabarit n’est-il pas trop identique à celui de Landry, même si on sait que Sacramento manque d’un gros rebondeur ? Un trade peut aussi être à l’étude ici, avec Détroit si Minnesota ne l’a pas encore fait ?

Enfin, Don Nelson va-t-il enfin recruter un intérieur pour épauler ses 76 arrières shooteurs ?

Vous avez le reste de mes prévisions, amusez-vous avec, et dites moi ce que vous en pensez. Je vais dormir, il est tard, au revoir !

Publié dans 76ers, Draft, Nets, Preview, Wizards | 5 Commentaires »

Draft 2010 : qui pour choisir John Wall (ou peut-être Kévin Seraphin, on ne sait jamais…) ?

Posté par Tinmar le 18 mai 2010

C’est la nuit prochaine, le 18 mai, que nous saurons quelle équipe va avoir la chance et l’honneur de choisir le Pick n°1 de la Draft 2010. Rapide tour d’horizon des chances de chaque équipe d’obtenir ce fameux 1er choix…

draftodds2010.jpg

Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus, ce sont donc les Nets qui auront la plus grande probabilité d’être les grands gagnants de la future Draft, avec 25% des chances (pour ceux qui se demandent encore pourquoi est-ce qu’une femme en maillot de bain représente les Nets, c’est simplement parce qu’elle Brooklyn Decker… Brooklyn, comme les Brooklyn Nets…………). Bon à savoir : en 1990, les Nets l’ont emporté pour choisir Derrick Coleman. En 2000, ils ont encore gagné le Pick n°1 pour choisir Kenyon Martin. Quid de 2010 ?

Avant-dernier de la dernière saison régulière, on oublie souvent que les Minnesota Timberwolves n’ont remporté que 15 rencontres cette saison. Pourri pour pourri, il faut savoir que jamais les Wolves (19,9% de chance d’avoir le 1er Pick) n’ont gagné de place lors des 13 loteries auxquelles la franchise de Minneapolis a pris part… Au pire, elle peut tomber à la 5ème place. Au pire également, elle recrutera son 18ème meneur de jeu en moins de 3 ans…

Tyreke Evans nous fait nous souvenir des bonnes choses, et c’est bien, car au final, les Kings finissent antépénultièmes de la NBA ! Avec 15,6% de chance d’avoir le Pick n°1, ils peuvent décemment espérer pouvoir associer John Wall à Tyreke Evans. S’ils arrivent à choper Evan Turner, ça sera tout aussi bien !

Derrière (ou devant au classement, c’est comme vous voulez), deux équipes ont fini avec le même bilan : les Warriors de Don Nelson, et les Wizards de Arenas, ou presque. Sur un dernier tirage au sort, ce sont finalement les potes de Monta Ellis qui auront un peu plus de chance que les Wizards d’obtenir le 1er pick (et ce malgré les menaces de Gilbert Arenas : « Donnez moi le premier choix, sinon je bute Crittenton !!!! » Ca n’a donc pas marché…).

Pour la suite, reportez-vous au graphique !

Publié dans Draft | 1 Commentaire »

12
 

Sports pour Tous Poitou Cha... |
Le Défi des Gazelles |
bouling club canohes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyclocrosspassion
| MAC BOURGES
| F.D.F. Mag